Jugement de celui qui contraint son épouse aux rapports en journée de Ramadan


Le questionneur : Un homme a eu des rapports intimes à dix reprises lors du Ramadan durant trois années.

Le Cheikh : En un seul jour ?

Le questionneur : Non, en des jours distincts sur trois années, sans le consentement de son épouse.

Le Cheikh : Sans quoi ?

Le questionneur : Sans le consentement de son épouse.

Le Cheikh : Tu veux dire que l’épouse a été contrainte ?

Le questionneur : Oui.

Le Cheikh : D’accord.

Le questionneur : Qu’est ce qu’il lui incombe?

Le Cheikh : Quant à l’épouse, rien ne lui incombe du moment qu’elle n’a pu s’y opposer, ou qu’elle s’y est opposée mais n’y est pas arrivée, alors rien ne lui incombe.

 

Quant à lui, il doit une expiation pour chaque acte. Si c’est à dix reprises, il doit commencer par affranchir dix esclaves.

 

S’il ne trouve pas, il doit alors jeûner deux mois consécutifs pour chaque acte qui sont au nombre de dix, il doit donc jeûner vingt mois. Et s’il n’en a pas les capacités, il doit alors nourrir soixante pauvres pour chaque acte, soixante pour chaque acte, c’est-à-dire six cents.

 

Cependant, il n’est pas obligatoire qu’il nourrisse les six cents pauvres (en une seule fois), il peut nourrir soixante pauvres et répéter cela dix fois.



Shaikh Muhammad ibn Salih al Uthaymin.

Série de Rencontres « Porte Ouverte ».

 
L'audio : ici 
 
Source :
 
http://forum.daralhadith-sh.com
Tag(s) : #Jeune

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :