Accrocher des images ou des photos sur les murs

Question :

 

 

Quel en est le statut pour les images ou les photos que l'on accroche sur les murs des maisons ?

 

Rèponse :

 

Cela est interdit, si celles-ci représentent des êtres vivants comme les humains ou les animaux. En effet, le Prophète (Que la prière et le salut d’Allah soient sur lui) a dit à 'Ali (Qu’Allah soit satisfait de lui) :

« Ne laisse pas une image sans la détruire, ni un tombeau surélevé sans le remettre à niveau. »

Rapporté par Mouslim.

En outre, il est certifié que 'Aïcha a accrochée sur une étagère des rideaux sur lesquels des images étaient dessinées. Lorsque le Prophète les vit (Que la prière et le salut d’Allah soient sur lui), dans un élan de colère, il les arracha. Puis, s'adressant à sa femme, il déclara :

« Ô 'Aïcha ! Les faiseurs d’images seront châtiés, le Jour de la Résurrection. Il leur sera dit : donnez la vie maintenant à ceux que vous avez créé ! »

Rapporté par Mouslim et d'autres.

Or, si ces images sont exposées sur des tapis sur lesquels on marche dessus, ou des oreillers sur lesquels on s'accoude, dans ce cas précis, il n'y a pas d'inconvénient à en avoir.

Le Prophète (Que la prière et le salut d’Allah soient sur lui) a exprimé à ce propos qu'il avait rendez-vous avec l'Ange Gabriel (Jibraïl). Lorsque celui-ci se présenta, il refusa d’entrer dans la maison du Prophète. Confus, le Prophète lui demanda quelle en fut la raison. L’ange lui répondit

« Dans cette maison, , il y a des statues, des rideaux où sont dessinées des images, et un chien. »

Il ordonna dès lors que l'on enlève la tête de la statue, que l'on déchire les rideaux pour en faire deux oreillers bien séparés où l'on s'appuie dessus, et que l'on fasse sortir le chien. Lorsque le Prophète s'exécuta (Que la prière et le salut d’Allah soient sur lui), Jibril put enfin entrer. Rapporté par e-Nasaï et autre avec une chaîne narrative considérée bonne. Dans ce même Hadith, il est explicité que l’animal en question était un petit chiot offert à el Hassan et el Houseïn, qui se trouvait sous l'un des lits de la maison.

Dans ce registre, il est authentifié que le Prophète a dit : « Les anges n’entrent pas dans une maison où se trouve un chien ou une image ». Rapporté par el Boukhari et Mouslim. L'histoire de Jibril démontre que les images qui se trouvent sur les oreillers ou autre, n'empêchent pas aux anges d’entrer, comme le formule aussi le Hadith où 'Aïcha a fait à partir de ces fameux rideaux, des oreillers sur lesquels le Prophète pouvait s'accouder.

 

  • Le recueil des fatwas du cheikh Abdel Aziz Ben Baz
  • Tome 4 page 316
 
 
 
Source :
 
Tag(s) : #Fatwas

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :