La recherche de protection et la Basmalah

Règles & fondements

samedi 20 février 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

 

 Enregistrer au format PDF

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

 

La recherche de protection auprès d’Allâh contre Satan est légiférée dans la lecture de toutes les sourates. Dès que tu souhaites réciter une chose du Qor’ân dans la prière ou ailleurs, il est légiféré de rechercher protection contre Satan avant la lecture. Cela sur la base de la Parole d’Allâh – Ta’âla : « Lorsque tu lis le Coran, demande la protection d’Allâh contre le Diable banni. » [1]

 

Concernant la Basmalah, lorsque tu souhaites débuter une sourate, tu débuteras par la Basmalah. La Basmalah est un verset intermédiaire entre les sourates, et qui intervient à chaque début de toute sourate, en dehors de la sourate « le Repentir » qui ne contient pas de Basmalah au début. [2] [3]

 

La recherche de protection (auprès d’Allâh) est légiférée. Lorsqu’elle est faite dans la première unité de prière, elle suffit pour les autres unités de prière.

 

Car elle est une constante dans l’adoration, et il n’est pas nécessaire de la répéter. Ceci dit, si celle-ci a été oubliée dans la première unité de prière, et que la personne s’en rappelle dans la deuxième unité, elle la fera. [4]

 

Il est légiféré pour le croyant avant chaque sourate, que ce soit la Fâtiha et autre, de rechercher protection auprès d’Allâh contre Satan avant chaque récitation, ensuite il y a la Basmalah et après il récite la Fâtiha.

 

De la même manière pour les autres sourates, s’il renouvelle la recherche de protection il n’y a pas de mal, et s’il la délaisse cela est suffisant, car il l’a récitée au début de sa prière. La récitation de la basmalah est de Sounnah à voix basse pour chaque sourate.

 

Certes le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) récitait la basmalah avant chaque sourate, il la récitait à voix basse. Il la récitait notamment à voix basse dans les prières à haute voix en tant que imâm.

 

Et le meilleur est de le faire à voix basse, car l’Envoyé (sallallahu ‘alayhi wa salam) l’a fait à voix basse. Mais si cela est fait à voix haute de temps en temps afin d’enseigner aux gens, et de la réciter afin de transmettre une certaine leçon bénéfique aux gens, il n’y a pas de mal. Cela comme l’ont fait certains des Compagnons à voix haute. [5]

 

La basmalah est permise à voix haute, mais le fait de la réciter à voix basse est meilleur. Il a été authentifié que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) l’a fait à voix basse. De même que Abû Bakr as-Sadîq, ‘Oumar et ‘Outhmân (radhiallâhu ‘anhum).

 

La Sounnah est de le faire à voix basse, et que tu la récites à voix basse suffisamment pour t’entendre toi-même avant la Fâtiha, et avant chaque prière. Il ne faut donc pas le faire à haute voix. Cependant, si l’imâm le fait à voix haute, il n’y a pas de mal à cela.

 

La prière ne doit pas être négligée sous prétexte de qui la fait, car celui qui agit ainsi commet une erreur. La récitation à voix haute de la basmalah ne cause pas de tort à la prière, il n’y a pas de mal à cela. Ceci dit, le fait de ne pas le faire est meilleur. [6]

 

Notes

 

[1Coran, 16/98

 

[2Fatâwa Noûr ’ala ad-Darb du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 4/391

 

[3Sifat us-Salât de SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, p.82

 

[4Fatâwa du SHeikh Muhammad Ibn ‘Abdullâh as-Sabîl, 2/68

 

[5Fatâwa Noûr ’ala ad-Darb du SHeikh Ibn BâZ, 2/782

 

[6Fatâwa Noûr ’ala ad-Darb du SHeikh Ibn BâZ, 2/783

 

Source :

 

http://www.manhajulhaqq.com

Tag(s) : #Rappels, #Prière

Partager cet article

Repost 0