Et quand un malheur touche l’homme

Commentaire du Coran

 

lundi 15 août 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

 

Enregistrer au format PDF

 

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

 

Allâh – Ta’âla – dit : « Et quand un malheur touche l’homme, il appelle son Seigneur en se tournant vers Lui. Puis quand Il lui accorde de Sa part un bienfait, il oublie la raison pour laquelle il faisait appel, et il assigne à Allâh des égaux, afin d’égarer (les gens) de Son chemin. Dis : « Jouis de ta mécréance un court moment. Tu fais partie des gens du Feu ». » [1]

 

Ainsi, Allâh – Ta’âla – explique dans Son Livre que les polythéistes combattus par le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) L’imploraient simultanément avec d’autres quand ils jouissaient de la prospérité, mais dans le malheur et la difficulté, ils n’imploraient que Lui Seul, sans rien Lui associer, et en oubliant leurs maîtres.

 

Quiconque saisit bien cette remarque, pourra distinguer clairement la différence entre l’associationnisme de nos contemporains, et celui des anciens. Hélas ! C’est une chose rare que de trouver des esprits qui saisissent cette remarque de façon profonde. Qu’Allâh nous assiste ! [2]

 

Celui-ci montre que l’homme touché par le malheur fait recours à son Seigneur en toute humilité pour dissiper ses peines et mettre un terme à ses tourments. Mais dès qu’Allâh lui accorde des faveurs de Sa part, il oublie vite son état de dévotion tout récent en attribuant à Allâh des égaux, encourageant l’égarement loin du sentier d’Allâh. Ce qui confirme que les polythéistes versaient dans l’associationnisme quand ils jouissaient de la prospérité et rendaient un culte exclusif à Allâh dans les situations de difficultés. [3]

 

Notes

 

[1Coran, 39/8

 

[2Madjmou’ Moualafat SHeikh Muhammad Ibn ‘Abdel-Wahhâb, 1/56

 

[3Kachf ach-Choubouhât du SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, p.101-102

 

 

Source :

 

http://www.manhajulhaqq.com/

Tag(s) : #Coran

Partager cet article

Repost 0