Le jugement concernant la femme qui se parfume lorsqu’elle sort de chez elle

Cheikh Mohamed Ali Ferkous

 

Question :

Quel est le jugement religieux relatif à la femme qui sort de chez elle parfumée?

 

Réponse :

La Louange est à Allâh, Le Seigneur des mondes. Et que la prière et le salut soient sur celui qu’Allâh a envoyé en miséricorde pour l’univers, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu’au Jour de la Rétribution. Cela dit :

Il n’est pas permis à une femme de sortir de chez elle parfumée, parée et maquillée. Que cette sortie soit pour aller prier à la mosquée, pour visiter l’un de ses Mahârim ou bien pour faire des courses.

 

Ou qu’elle se soit parfumée chez elle avant de sortir, en chemin, ou bien à la mosquée, est inclus dans le jugement de l’interdiction le fait qu’elle se parfume chez elle et rencontre des hommes étrangers qui ne sont pas des Mahârim, sans pour autant sortir de la maison.

 

Car cela mène à la tentation et fait partie des causes qui engendrent la corruption, s’opposent à la religion et qui méritent de les arrêter car elles proviennent des ruses du Diable qui « court dans l’être humain comme le sang. »(1)

 

Il est dit dans le hadith : « Toute femme qui se parfume et passe devant un groupe d'hommes pour qu'ils sentent son parfum est une fornicatrice, et tout œil est fornicateur. »(2)

Et il est rapporté par Aboû Hourayra رضي الله عنه que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit : « Que toute femme qui se serait embaumée, n’assiste pas à la prière d’Al-‘Ichâ’ avec nous. »(3) Et dans la version d’Ibn Mâdjah, le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit : « La prière de la femme qui se parfume et sort pour aller à la mosquée, ne sera pas agréée jusqu’à ce qu’elle se lave. »(4)

 

Il incombe à la femme musulmane au cas où elle sortirait pour une nécessité, de sortir en suivant les recommandations légales : en étant pudique, non maquillée et non parfumée. Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit : « N’empêchez point les servantes d’Allâh [les femmes] d’aller aux mosquées d’Allâh, mais qu’elles s’y rendent sans être parfumées »(5) C’est-à-dire : en délaissant le parfum.

 

Et le savoir est auprès d’Allâh et nous disons pour finir : la louange est à Allâh, le souverain des mondes, qu’Allâh honore et salue notre prophète Muhammad, ainsi que sa famille, ses Compagnons et ses frères, jusqu’au jour de la résurrection.

 

Alger, le 9 de Rabî‘ Al-Awwal 1426 H,
correspondant au 18 mars 2005 G.

 


(1) Extrait d’un hadith rapporté par Al-Boukhârî (2039) et Mouslim (2175), d’après Safiyya bint Houyayye رضي الله عنه.

(2) Rapporté en ces termes par Ibn Hibbâne (4424), et Ibn Khouzayma (1681). On le retrouve chez Aboû Dâwoûd (4173), At-Tirmidhî (2786), et An-Naşâ’î (5126), d’après le hadith de Aboû Moûşâ Al-ACh‘arî رضي الله عنه. Le hadith est jugé haşane (bon) par Al-Albânî dans Sahîh Al-Djâmi‘ (2701).

(3) Rapporté par Mouslim (444), d’après Aboû Hourayra رضي الله عنه.

(4) Rapporté par Ibn Mâdjah (4002), d’après Aboû Hourayra رضي الله عنه. Le hadith est jugé sahîh (authentique) par Al-Albânî dans Sahîh Al-Djâmi‘ (2703).

(5) Rapporté par Ahmad (9645), et Ibn Hibbâne (2214), d’après Abou Hourayra رضي الله عنه. Le hadith est jugé authentique par Al Albânî dans Les bons commentaires sur l’authentique de Ibn Hibbâne. (2211).

 

Source :

 

https://ferkous.com/

Tag(s) : #Femme

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :