Suis-je un(e) hypocrite ?

Shaykh Al Fawzân

 

Ibn Abî Mulaykah comptait parmi les plus grands tabi’înes. Il dit « j’ai rencontré 30 compagnons du Messager d’Allâh ﷺ, tous avaient peur de l’hypocrisie pour leurs propres personnes », qu’il prononce une parole qu’il ne mette pas en œuvre.

Alors qu’ils étaient les compagnons du Messager d’Allah ﷺ, mais toutes fois que la foi et la religion se renforcent, la peur en Allâh Sobhânahou wa Ta’âlà grandit.

Et qu’il ne vante pas lui-même de sa pureté. Il Jalla wa Alà a dit {Ne vantez pas vous-mêmes votre pureté} (trad relat), c’est-à-dire : ne vous vantez pas vous-mêmes ni ne louez vos œuvres. Plutôt craignez pour vos œuvres et craignez pour vous-mêmes repli et incomplétude.

Ils craignaient l’hypocrisie : une hypocrisie de l’œuvre et non de croyance. Ils craignaient pour leurs propres personnes l’hypocrisie de l’œuvre, celle qui peut parfois émaner du musulman. N’est pas visée ici l’hypocrisie de la croyance, et le refuge est auprès d’Allâh, qui est une mécréance majeure. Par contre, l’hypocrisie de l’œuvre, voilà ce qui peut s’introduire chez les croyants et ils doivent y prendre garde.

C’est à cet effet qu’il ﷺ a dit à ses compagnons « ce que je crains le plus pour vous, c’est le polythéisme mineur ». On l’interrogea à ce sujet et il répondit « l’ostentation ». Un homme se lève pour prier et il embellit sa prière à cause du regard qu’il voit porté sur lui.

Voilà le polythéisme mineur et c’est l’hypocrisie de l’œuvre. Les compagnons en avaient peur et le Messager le craignait pour ses compagnons.

Omar, qu’Allâh l’agréé, questionna Hudheyfa Bn l-Yémen – gardien du secret du Messager ﷺ puisque le Messager avait informé Hudheyfa de qui étaient les hypocrites mais Hudheyfa ne le divulgua pas aux gens.

Omar l’interrogea : « est-ce que le Messager d’Allâh ﷺ m’a compté parmi les hypocrites ? », ainsi il ne vantait pas sa propre pureté. Fait partie de la perfection de sa foi qu’il ait craint pour sa religion et qu’il ait craint pour ses œuvres : que ses œuvres soient vaines alors qu’il ne le savait pas.

{sinon vos œuvres deviendraient vaines sans que vous vous en rendiez compte} (trad relat). Les œuvres d’une personne peuvent être vaines alors qu’elle ne le sait pas. C’est un énorme danger, il incombe au musulman d’y prendre fortement garde.

 

Source :

 

http://cerclesciences.fr

Tag(s) : #Rappels, #Acte d'Adoration

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :