Le délice d’ici-bas et celui de l’au-delà

Shaykh AbderRazzâq Al Abbâd : bon nombre des choses obtenues par l’être humain dans sa vie mondaine sont des choses qui le rendent heureux. Mais rapidement, il est empreint de tourment ou tristesse, craignant qu’elles ne lui soient retirées et disparaissent, et ainsi sont les félicités de la vie d’ici-bas.

Cette chose ne restera pas en possession de celui qui la possède ou celui qui la possède ne demeurera pas : soit elle est ôtée de celui qui la possède soit c’est celui qui la possède qui disparaît.

Par contre, la réjouissance des félicités de l’au-delà et des félicités du paradis sont des réjouissances éternelles, pour toujours et à jamais.

Et la réjouissance des yeux ne s’interrompt guère, elle est perdurable et l’allégresse est continuelle.

L’individu ne craint pas d’être touché par la morosité ou choses tourmentantes ou angoissantes suscitant la crainte de se les voir retirées. Il s’agit donc de bienfaits qui ne cesseront pas et ne s’évaporeront pas.

Source :

http://cerclesciences.fr

Tag(s) : #Rappels

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :