Cheikh Saalih ibn Abdillah ibn Houmaïd

 

Vendredi 16/10/1423

 

 

Je vous recommande, ô Gens, ainsi qu’à moi-même la crainte d’Allah (le Puissant et le très Haut), ; donc, craignez Allah, qu’Allah vous fasse miséricorde, donnez de l’importance à  Ses ordres et à Ses interdictions, accomplissez les bonnes œuvres avec sincérité pour Allah, accrochez-vous au chemin des gens de la Sounnah, et préservez le rassemblement et l’union (le groupe), vous récolterez le meilleur gain.



O musulmans !

La loi d’Allah (le Puissant et le très Haut) dans Sa création veut que les gens ne puissent vivre dans la tranquillité et la paix qu’avec l’union (le rassemblement) et l’entente ; l’Islam qui est la religion de la saine nature a dirigé les gens vers la reconnaissance mutuelle pour la réalisation de l’entente :


{O Humains ! Nous vous avons créés à partir d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus afin que vous vous connaissiez entre vous. Le plus noble d’entre vous pour Allah est le plus pieux}.


L’incitation à la connaissance des gens et leur fréquentation est une incitation noble dans les recommandations islamiques pour la vie en groupe, l’organisation et la bonne relation ; ainsi, les âmes trouvent la tranquillité, les sciences sont correctes, les connaissances sont répandues, les gens adorent Allah avec science et certitude, les caractéristiques de la religion apparaissent, le bien se répand, et la tromperie diminue.


La préférence de l’Islam pour le rassemblement apparaît dans beaucoup de ses principes et ses lois ; les adorations qui sont parmi les buts les plus honorables ne sont pas simplement l’isolement dans un monastère ou l’adoration dans un couvent (de moines).

Pourquoi les groupes ont-ils été prescrits dans la prière ? Et pour qui les prières du vendredi ont-elles été rendues obligatoires ? Et quelle est la sagesse dans la prière des deux fêtes, la prière pour la demande de la pluie, la prière de l’éclipse solaire ou lunaire, et la prière des funérailles ?

Puis, répondre à l’invitation pour le mariage et les cérémonies ?

 Et le rassemblement pendant les moments de joie et pendant les moments difficiles, pendant les fêtes, les condoléances, la visite des malades et les cortèges funèbres ?


Ceci ne peut pas se réaliser si la communauté ne renforce pas les relations et ne protège pas les droits de la fraternité et des groupes.


Si le nombre des gens de l’Islam augmente et qu’ils se réunissent, leur énergie sera plus pure et leur travail plus pieux, il est rapporté dans un hadith :

(La prière de l’homme avec un autre homme est meilleure que sa prière accomplie seul ; sa prière avec deux hommes est meilleure que sa prière avec un seul homme ; et plus le nombre augmente plus il est aimé par Allah) rapporté par Ibn Majah et Ibn Hibbane.

Qui ne veut pas que le nombre des musulmans augmente et ne veut pas les voir en groupes unis et non séparés ?

Nous disons cela, ô mes frères, alors que nous remarquons que certaines personnes et surtout ceux qui font partie des savants, des gens du mérite et des gens pieux, se séparent du groupe et de la fréquentation des gens, ils préfèrent rester seuls et isolés (séparés), il se peut même qu’ils soient durs avec leurs frères et les repoussent.


Comment la fraternité de la foi peut-elle se réaliser sans rassemblement (union) ? :


{Les croyants sont des frères}.


Et comment la consultation peut-elle se réaliser si le musulman quitte le groupe ? :


{Ceux dont les décisions naissent de leur consultation mutuelle}.


Et lorsque le serviteur parmi les serviteurs du Miséricordieux demande :


{Et fais de nous un exemple de vertu (ou un guide) pour les gens pieux} ; quand celui qui est séparé de ses frères va-t-il être un exemple, un imam dans l’appel à l’Islam et la guidée, afin que les gens voient sa vie (son bon comportement), imitent ses bonnes actions et suivent ses bonnes paroles.



O Mes frères pour l’amour d’Allah !


Pour préserver le groupe, des lois et des principes ont été prescrits : le salut (As-Salaam) a été prescrit et y répondre a été rendu obligatoire ; la poignée de main et le sourire ont été prescrits, la sérénité du visage a été ordonnée pour montrer l’amour et l’amitié ; on incita les croyants à s’offrir mutuellement des cadeaux les uns aux autres, et à être bienfaisants envers les proches parents, les orphelins, les pauvres et les voyageurs ; on leur a interdit les causes des disputes, de l’hostilité, de la haine, de la séparation, comme l’alcool, les jeux de hasard, la tromperie dans les transactions, le fait de ne pas s’adresser la parole, et les disputes.

Nous ne pouvons trouver la plupart des qualités honorables et des bons comportements que chez une personne qui fréquente les gens et se comporte bien envers eux ; comment la générosité peut-elle être la qualité de celui qui n’a jamais tendu sa main par compassion et bienfaisance ?

 Et comment la bienfaisance peut-elle être faite aux gens qui le méritent si la situation des gens n’est pas connue auparavant ? Et est-ce que la clémence et la douceur peuvent apparaître sauf si celui qui possède ses deux qualités fait face aux gens qui parlent durement et ont des cœurs durs ?


A propos de la vie avec les gens, les gens de la vérité disent aux négateurs dans un sermon et avec sagesse : “Ce qui est juste n’est pas dans ce que vous avez dit, la vérité n’est pas dans ce que vous avez vu, et le bien n’est pas dans le chemin que vous avez suivi”.


Comment la preion du bien et la proion du mal, l’appel à l’Islam, la guerre sainte et la correction des mœurs peuvent-ils être pour que la communauté de Mohammed (qu'Allah prie sur lui et le salue) soit la meilleure communauté qui fut envoyée aux gens, et ensuite, nous voyons les savants et les gens de bien abandonner la mosquée et aller dans des clubs et ils disent de bonnes paroles et accomplissent de bonnes actions ?


Et dans le hadith :


(Le croyant qui fréquente les gens et patiente pour les torts qu’ils lui causent est mieux que le croyant qui ne fréquente pas les gens et ne patiente pas pour les torts qu’ils lui causent).

Mes chers frères !


Certaines personnes parmi les gens de bien prennent comme excuse que c’est une époque de corruption, que les chemins de l’égarement sont nombreux, et que ceux qui appellent au mal font beaucoup d’efforts ; n’ont-ils pas su que l’isolement augmente les forces de l’égarement, et les ténèbres se répandent dans la société ; pourquoi ne pas lutter contre les gens égarés et ceux qui suivent leurs passions ? ; et celui qui reste avec le groupe et encourage ses frères, aura accompli un grand bien. Et si d’autres personnes de mérite prennent comme excuse l’envie de l’isolement pour passer le temps dans l’adoration et rechercher le bien de l’âme, qu’ils sachent alors qu’assister aux assemblées de science fait partie de l’adoration, rendre visite au malade est une adoration, aider les frères dans la religion est une adoration, orienter les gens est une adoration, et aider et assister à l’augmentation de la force et de l’entente est une adoration.


Bien que dans l’isolement, nous nous débarrassions du fait de dire du mal des gens, nous évitions la médisance, la calomnie, la moquerie et la corruption des caractères, nous trouvons aussi dans la fréquentation des gens pieux ce qui nous empêche d’avoir ces défauts ; et si le conseil n’a pas été bénéfique à un certain moment, il le sera à un autre, et si l’orientation n’a servi à rien au moment où elle fut donnée, elle sera utile à un autre moment, la chose la plus importante est de transmettre et la guidée est dans la main d’Allah.


Et ce qui nous est rapporté de l’isolement de certains pieux prédécesseurs fait partie de situations spéciales dans lesquelles ils se sont trouvés, ils en ont conclu que la solution la plus juste était l’isolement ; et il est impossible que l’isolement soit une doctrine (un chemin) qui sied à tout le monde.


Lorsque nous insistons sur le groupe et le rassemblement, cela ne signifie pas qu’il faut passer tout le temps à se rendre chez les gens et à assister à toutes les assemblées, car en vérité, chaque personne a besoin de moments pendant lesquels elle reste seule pour ses affaires personnelles ou pour se rapprocher d’Allah en accomplissant des actes surérogatoires ou pour aider quelqu’un ; à propos de cela, Omar (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :

-« Prenez votre part d’isolement, car le chemin juste et modéré est que le musulman divise son temps entre une bonne fréquentation et un isolement bénéfique pour qu'il sorte des deux situations avec ce qui arrange toutes les affaires ».


Dans la fréquentation des gens, le croyant doit choisir des frères parmi les gens véridiques, pieux et loyaux, car ils sont une jolie parure pendant le repos et une aide pendant les épreuves ; il est dit à propos de la sagesse :


-« Parmi les gens les plus faibles, celui qui néglige la recherche des frères (dans la religion) ; et plus faible que lui, celui qui a trouvé des frères et a perdu leur amitié. Et il n’y a que celui qui a bien choisi pour lui-même, qui peut choisir pour les autres ».


Ali (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :



-« La condition de la compagnie est : pardonner les erreurs, traiter les gens avec indulgence, et traiter les gens sur un même pied d’égalité ».


Et les frères dans leurs relations doivent s’éloigner des choses faites à contrecoeur, car les choses accomplies simplement, de même que l’éloignement des situations difficiles et des flatteries détestables, renforcent les relations et engendrent l’amour.


Je cherche refuge auprès d’Allah contre satan le maudit :

{« Mon petit ! Pratique scrupuleusement la prière, prescris le bien unanimement reconnu comme tel, proscris ce qui est réprouvé, et endure ce qui t’arrive avec patience, c’est là une marque de caractère. Ne sois pas d’un abord difficile (mot à mot: n’éloigne point ta joue des gens), ne marche pas sur terre très content de toi-même, Allah n’aime certainement pas tout être plein de suffisance et de vantardise. Sois modéré dans ton allure et baisse un peu ta voix car la voix la plus détestable est celle de l’âne »}.

 

Deuxième sermon

 

Mes chers frères !



Parmi les principes de l’Islam concernant la reconnaissance mutuelle et la bonne relation, le fait que la relation doive être claire, et il n’y aucun problème à ce que le frère dise à son frère l’amitié et la considération qu'il ressent pour lui ; dans le hadith :



(Lorsque l’un d’entre vous aime son frère, qu'il lui fasse savoir qu'il l’aime (c.à.d pour l’amour d’Allah)) rapporté par Ahmed et Tirmidhi.

Anas (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :


-« Un homme était assis avec le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue), puis un homme passa, celui-ci dit alors :

-« O Messager d’Allah ! J’aime celui-là ». Il dit :


(Lui as-tu fait savoir ?). Il dit :


-« Non ». Il dit :


(Alors, fais-lui savoir). Il le rattrapa et dit :


-« Je t’aime pour l’amour Allah ». Il lui répondit :


- “Que celui pour qui tu m’as aimé, t’aime”. Rapporté par Ahmed, Ibn Hibbane et Al-Hakam.


Parmi les principes de l’amitié : se rendre visite sans aucun objectif mondain, selon Abou Houréïra (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :


(Un homme alla rendre visite à un de ses frères dans un village, Allah envoya sur son chemin un ange, lorsqu’il le rencontra, il dit :


-« Où vas-tu ? ». Il répondit :


-« Je vais rendre visite à un frère dans ce village ». Il dit :


-« Est-ce que tu veux obtenir quelque chose de lui ? ». Il dit :

-« Non, je l’aime tout simplement pour l’amour d’Allah (qu'il soit exalté) ». Il dit :



-« Je suis un messager provenant d’Allah pour toi pour t’annoncer qu’Allah t’a aimé comme tu l’as aimé pour son amour » rapporté par Mouslim.


Dans un autre hadith :

(Quiconque rend visite à un malade ou rend visite à un frère pour Allah, on appellera :

-« Réjouis-toi ! Et tes pas sont bons, et tu as eu une maison au Paradis ») rapporté par Tirmidhi.


Donc, craignez Allah, qu’Allah vous fasse miséricorde ! Réconciliez-vous, protégez les droits de vos frères, préservez le groupe et l’entente, ne vous chargez pas de choses difficiles, soyez sincères dans votre amour (amitié), tenez vos engagements, car Al-foudhéïl (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

-« Les gens se séparent à cause des choses faites avec exagération (lorsque la personne veut trop faire) ; un homme rend visite à son frère qui en fait trop pour lui, ceci provoque leur séparation. Et retenez la parole du calife bien guidé Omar ibn Al-Khattab (qu'Allah soit satisfait de lui) lorsqu’il dit :


-« Ne penses pas du mal d’un musulman à cause d’une parole qui est sortie de sa bouche, alors que tu peux trouver du bien dans cette parole ».


Source :


http://alharamainsermons.org

Tag(s) : #Discours du vendredi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :