Le passé et comment accueillons-nous la nouvelle année ?

Cheikh Abdel-Baari At-Thoubéïti

 

Vendredi 29/12/1424 (20/2/2004)

  

 

Serviteurs d’Allah !

 

Craignez Allah d’une crainte véritable, et sachez qu’Il vous observe en secret et en public :

 

{O vos qui avez cru ! Craignez Allah d’une crainte véritable}.

 

Ce soleil qui se lève chaque jour à l’Est et se couche à l’Ouest, porte les plus grands exemples, car le fait qu’il se lève, puis se couche, annonce que ce monde n’est pas une demeure éternelle, mais un début et une fin.
 

Observez ces mois, les nouvelles lunes apparaissent en étant petites comme les enfants lors de leur naissance, puis elles grandissent petit à petit comme les corps grandissent jusqu’à ce que leur croissance s’achève, ils commencent alors à diminuer et à s’affaiblir ; il en est de même pour la vie de l’homme avec la succession des années .

 

Donc, lorsque la nouvelle année commence, l’homme regarde la fin de l’année en ayant un regard lointain, puis les jours passent rapidement et l’année s’achève en un clin d’œil, et voilà qu’il se trouve à la fin de l’année ; et la vie de l’homme est semblable à cela, il regarde la fin de sa vie d’un regard lointain, et voilà que la mort l’atteint.

 

L’homme espère avoir une longue vie et fait des souhaits, et soudain, les souhaits se terminent et disparaissent.

 

Pendant ces jours-ci, nous laissons une année qui est passée et qui est témoin pour ou contre nous, et nous accueillons une nouvelle année ; donc, que je désire connaître les actions que nous avons laissées l’année dernière, et avec quoi nous accueillons la nouvelle année ?

 

Abou Ad-Dardaa (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :

 

-« O Fils d’Adam ! Tu n’es que des jours [ta vie ne correspond qu’à des jours] ; donc, si un jour s’en va de toi, une partie de toi s’en va ».

 

Et Abou Haazim (qu'Allah (qu'Il soit exalté) lui fasse miséricorde) a dit :

 

-« Je suis étonné au sujet de gens qui travaillent pour une demeure de laquelle ils s’en vont chaque jour, alors qu’ils sont appelés à travailler pour une demeure vers laquelle ils s’en vont chaque jour ».

 

Comment peut-il se réjouir, celui dont son jour détruit son mois, son mois détruit son année, et son année détruit sa vie ? Comment peut-il se réjouir, celui dont sa vie le conduit à son terme, et sa vie le conduit à sa mort ?

 

Ibn Abbass (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père) a dit :

 

-« Comment pouvons-nous nous réjouir alors que la mort est derrière nous, les tombes sont devant nous, le jour du jugement est notre rendez-vous, notre chemin se trouve sur l’enfer, et nous serons debout devant notre Seigneur ? ».

 

Ce monde a frappé dans nos cœurs avec une flèche, il a planté dans nos cœurs des drapeaux ; jour et nuit, nous parlons de ce monde, combien allons-nous gagné et comment allons-nous rassembler [l’argent] ?

 

Si un rendez-vous est donné pour les choses de la vie de ce monde, nous nous empressons de nous y rendre de bon matin et nous attendons [à sa porte] en étant joyeux, mais nous ne laissons dans nos cœurs pour l’autre monde qu’un coin étroit et un petit rappel.

 

Regardez, lors de l’appel à la prière, combien de gens se rendent à la mosquée en s’empressant ? Et dans les rues, nous voyons beaucoup de gens marcher rapidement pour ce monde.

 

Le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a fait une recommandation importante à Ibn Omar, qui corrige la vue du musulman par rapport à la vie de ce monde, lorsqu’il a dit :

 

(Sois dans ce monde comme si tu étais un étranger ou un voyageur).

 

Ainsi, le voyageur ne prend pas avec lui beaucoup de choses de ce monde, il diminue les espoirs [les souhaits], il fructifie la provision de la foi, sa parole est la lecture du Livre d’Allah et son souci est la concurrence dans l’accomplissement des bonnes œuvres, car le jour qui s’est écoulé, ne retournera jamais.

 

C’est la raison pour laquelle Mou’âdh ibn Jabal (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit alors qu’il était sur son lit de mort :

 

-« O Seigneur ! Tu sais que je ne voulais pas rester dans ce monde, ni y demeurer pendant une longue période afin de faire couler les ruisseaux et de planter les arbres, mais je voulais y demeurer longtemps pour l’endurance des longues nuits, pour la soif à l’heure de midi dans la grande chaleur, et pour rester dans la compagnie des savants en étant assis sur mes genoux dans les assemblées d’invocation d’Allah ».

 

Le voyageur ne salie pas la pureté de la journée avec ses péchés, et il ne raccourcie pas la nuit avec sa distraction et son sommeil.

 

Si on l’appelle pour accomplir une bonne action, il répond à l’appel ; si on appelle à la prière, il s’y rend ; il est toujours prêt matin et soir ; il sait que s’il passe un jour de sa vie sans s’acquitter d’un droit, ou sans accomplir une prière obligatoire, ou sans s’enrichir d’une gloire [d’un honneur], ou sans obtenir une louange, ou sans construire un bien, ou sans apprendre une science, il aura alors gâché sa journée et été injuste envers lui-même.

 

 

Mes frères en Islam !

 

Les pressions quotidiennes pour obtenir les moyens de subsistance se sont mises entre le serviteur et la retraite avec lui-même pour réfléchir ; il ne cesse de courir pour obtenir encore plus des biens de ce monde, dans une course avec ce monde et une avidité de ses envies bestiales, ainsi qu’un désir ardent pour préserver ses situations.

 

C’est la raison pour laquelle Saïd ibn Mass’ôud (qu'Allah (qu'Il soit exalté) lui fasse miséricorde) a dit :

 

-« Si tu vois les biens de ce monde que possède le serviteur augmenter, et que ses actions pour l’autre monde diminuent alors qu’il en est satisfait, c’est donc celui qui est lésé, et à qui l’on joue un tour alors qu’il ne s’en doute pas ».

 

Mohammed ibn Waasî a dit :

 

-« Si tu vois dans le Paradis un homme qui pleure, ne seras-tu étonné de ses pleurs ? ». on lui dit :

-« Oui ». Il dit :

 

-« Et celui qui rit dans ce monde, alors qu’il ne sait pas dans quelle situation il se trouvera [le jour du jugement], est encore plus étonnant ».

 

Cher frère musulman !

 

Juge-toi toi-même à la fin de l’année afin que tu connaisses ton acquis de bien et de mal, et tes provisions de bonnes œuvres ; ceci est la recommandation d’Omar ibn Al-Khattab (qu'Allah soit satisfait de lui) :

 

-« Jugez-vous vous-mêmes avant que vous ne soyez jugés, et pesez-vous [pesez vos actions] avant que vous ne soyez pesés ».

 

Le fait de se juger soi-même dévoile les choses cachées en nous-mêmes et nous montre nos défauts ; ainsi, il est facile de se corriger avant de regretter et qu’il ne soit trop tard.

 

Maalik ibn Dinaar (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit :

 

-« Qu’Allah fasse miséricorde à un homme qui s’est dit à lui-même : « N’as-tu pas commis tel ou tel acte ? Puis, il se réprimande, et met en pratique le Livre d’Allah (le Puissant et le Haut) qui devient son guide ».

 

Et ne dites jamais à propos de vos mauvaises actions qu’elles sont méprisables, car il se peut qu’auprès d’Allah, elles soient comme un dattier, alors que vous considérez qu’elles sont comme un hile [cicatrice sur le tégument d’une graine].

 

Le jugement de soi-même dont l'effet ne dépasse pas les larmes des yeux et la tristesse du cœur sans piété et correction, est un jugement mort et un résultat faible, le jugement qui porte ses fruits est celui qui engendre le regret du péché commis et le changement vers le bien.

 

Nous devons nous interroger nous-mêmes :

 

Ais-je accompli les droits d'Allah ? Ais-je donné aux serviteurs leurs droits ? Quelle est ta situation en ce qui concerne la prière ? L'accomplis-tu dans la mosquée en congrégation en respectant ses conditions, ses piliers, ses devoirs, et avec recueillement ? Pleures-tu par crainte d'Allah ? Car un œil qui a pleuré par crainte d'Allah n'entrera jamais en enfer.

 

Continues-tu à abandonner les prières de l'aube et d'Al-Asr en congrégation ?

 

Car c'est la prière des hypocrites et quiconque prie la prière d'Al-Asr après son heure prescrite, ses actions seront annulées, comme le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit.

 

Es-tu toujours distrait de la lecture du Coran alors que tu le lisais beaucoup pendant le mois de Ramadan ? Pourquoi négliges-tu les actions surérogatoires et les actions préférables alors qu'elles sont le signe de la foi et le chemin de l'amour du Miséricordieux? Il a été rapporté dans le hadith Quoudsi :

 

({Et Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi en accomplissant les actions surérogatoires jusqu’à ce que Je l’aime ; et lorsque Je l’aime, Je suis l’oreille avec laquelle il entend, l’œil avec lequel il voit, la main avec laquelle il frappe, et le pied avec lequel il marche}).

 

Donc, quelles sont les choses qui t’ont rendu soucieux l’année dernière et t’ont empêché de dormir ? Un morceau de pain que tu manges, un vêtement que tu portes, un plaisir passager et rapide, de l’argent que tu gagnes et rassembles, ou ton souci était-il de suivre sincèrement pour Allah les chemins des satisfactions d’Allah et de Son Paradis ?

 

Quelles sont les choses qui t’ont fait souffrir l’année dernière ? Une fonction que tu n’as pas pu obtenir, des biens de ce monde que tu désirais et que tu n’as pas atteint, ou étais-tu préoccupé par l’appel vers Allah, donc, lorsque sa lumière et son drapeau s’élevaient, le cœur était content et tu étais joyeux ; et lorsque l’appel vers Allah était touché par les tempêtes et les maladies, les larmes coulaient des yeux et la langue implorait le Seigneur des serviteurs pour se plaindre de la situation des serviteurs ?

 

 Etais-tu l’année dernière parmi ceux qui cultivent le bien, plantent avec leurs paroles les mérites et répandent le parfum avec leurs actes, ou plantais-tu le mal et étais-tu nuisible à tes frères ? Ceci est le passé et il est impossible de le faire revenir, même si tu peux effacer les péchés et les mauvaises actions avec le repentir et en demandant pardon à Allah.

 

Mais la nouvelle année, tu peux y accomplir de bonnes actions si Allah t'a écris de vivre longtemps.

 

Commencez la nouvelle année avec une détermination élevée, en faisant passer premièrement les droits de votre Seigneur, et son droit (qu'Il soit glorifié) est qu'il faut Lui obéir et ne pas Lui désobéir, il faut L'invoquer et ne pas L'oublier, et il faut Le remercier et ne pas être ingrat ; respectez les droits de vos parents en vous occupant d'eux, et en étant tendres et doux avec eux .

 

Respectez les droits de vos épouses et de vos enfants en enracinant la foi dans leurs cœurs et en leur donnant une bonne éducation ; rappelez-vous de vos proches parents et de vos voisins, et ne repoussez pas ceux qui sont dans le besoin parmi les veuves, les orphelins et les pauvres.

 

 Respectez les droits de ceux qui travaillent chez vous et des travailleurs avant que leur sueur ne sèche, et méfiez-vous d'être injustes envers eux car l'injustice est une obscurité le jour du jugement.

 

Mon frère musulman !

 

Alors que tu vois l'écoulement des jours et la disparition des vies, rappelle-toi la réalité de ce monde vers lequel les âmes sont attirées, rappelle à ton âme que les jours de ce monde s'en vont et que ses fleurs se fanent, sa parure est éphémère, ses joies ne durent pas, et rappelle à ton âme les délices éternels dans les jardins de l'éternité :

 

{Ses fruits sont perpétuels, ainsi que son ombrage}.

 

 

Mon frère musulman !

 

Pendant la nouvelle année, tu ne connais pas les situations que tu rencontreras avec les changements qui surviennent nuit et jour, profite donc de ta santé avant que tu ne sois malade, de ta vie avant ta mort, de ta richesse avant ta pauvreté, et de ta jeunesse avant ta vieillesse.

 

La nouvelle année arrive ; donc, accomplis de bonnes actions pendant ses journées et ses nuits, Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

 

{Dis : "O Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le très miséricordieux}.

 

Deuxième sermon

 

 

Craignez donc Allah d'une crainte véritable.

 

 

Mes frères en Islam !

 

La communauté islamique accueille sa nouvelle année avec un corps dont les membres sont coupés et dispersés, et avec des blessures saignantes dans beaucoup d'endroits, ce sont des douleurs et des malheurs qui ont troublé les nerfs des musulmans et les ont rendus tristes.

 

Et si la communauté s'adonne aux envies bestiales, aiment les péchés, et préfère ce qui est mauvais à ce qui est bon, elle sera alors prisonnière des passions, perdra le sentiment de la responsabilité, elle s'égarera, elle échouera et les ennemis l'attaqueront comme rétribution équitable ; et dans le hadith de Thaoubaane le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Les nations se rassembleront contre vous comme les gens se rassemblent autour du plat [pour manger]). Un homme dit :

 

-"O Messager d'Allah ! Est-ce parce que nous ne seront pas nombreux à cette époque ?". Il dit :

 

(Au contraire, vous serez très nombreux, mais vous serez dispersés comme les écumes du torrent ; et Allah enlèvera du cœur de votre ennemi la peur de vous, et vous reconnaîtrez dans vos cœurs le "Wahn" ?). Un homme dit :

 

-"O Messager d'Allah ! Qu'est-ce que le "Wahn" ?".

Il dit :

 

(L'amour de ce monde et la répulsion de la mort) rapporté par Abou Daawoud et Ahmed.

 

Et comment la communauté peut-elle remporter la victoire sur son ennemi alors qu'elle a perdu la bataille avec elle-même [contre elle-même], et qu'elle est séparée et dispersée.

 

Et malgré les difficultés et les maladies, une aube sincère apparaît à l'horizon pour toute la communauté, car elle possède les éléments de la civilisation et les capacités pour gouverner ; avec la foi et les bonnes œuvres.

 

Allah change la tristesse de la communauté en joie, sa difficulté en facilité, son humiliation en gloire, et sa faiblesse en force, afin qu'elle soit comme Allah le désire une communauté qui a été envoyée pour les hommes, Il a dit :

 

{Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah}.

 

Source :

http://alharamainonline.org/frn
 

Tag(s) : #Discours du vendredi

Partager cet article

Repost 0