Quelques paroles et œuvres dont les récompenses sont considérables (1/2)

 

Les invocations

 

Dire : « Il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah, nul associé à Lui ;

à Lui la royauté et à Lui la louange, et Il est capable de toute chose. »

 

 

« Lâ ilâha illâllâhou waħdahou lâ charîkalahou lahoul-moulkou wa lahoul-ħamdou wa houwa ‘alâ koulli chay-‘ine qadîr » « 

 

 

Celui qui dit : “Il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah, nul associé à Lui ; à Lui la royauté et à Lui la louange, et Il est capable de toute chose”, cent fois au cours d’une journée a une récompense équivalente à celle de l’affranchissement de dix esclaves, cent bonnes actions sont inscrites à son actif, il lui est effacé cent mauvaises actions, cela constitue pour lui une protection contre le Diable toute la journée jusqu’au soir, et nul n’aura fait une œuvre meilleure que la sienne, sauf celui qui œuvre plus que cela. [il récite plus de cent fois] »

 

 

Dire : « Gloire à Allah, louange à Allah, il n’y a de divinité

digne d’adoration qu’Allah, Allah est le Plus Grand. »

 

 

« Soubħânallâhi, al-hamdoulillâh, lâ ilâha illâllâhou, Allâhou akbar, Lâ ħawla wa lâ qouwwata illâ billâhi » 

 

 

« J’ai rencontré Ibrahim la nuit de mon Voyage nocturne et il me dit : « Ô Muhammad, transmets ma salutation à ta communauté et annonce-leur que le Paradis est une terre fertile et il a une eau douce, et qu’il est constitué de terrains plats, et que ce qu’on y plante est “Gloire à Allah, louange à Allah, il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah, Allah est le Plus Grand ; il n’y a de force et de puissance qu’en Allah.” »

 

 

 

Dire : « Gloire à Allah et qu’Il soit loué. »

 

 

« Celui qui dit lorsqu’il se retrouve au matin et lorsqu’il se retrouve au soir : « Gloire à Allah et qu’Il soit loué » « Soubħânallâhi wa biħamdih » cent fois, verra toutes ses fautes effacées, fussent-elles équivalentes à l’écume de la mer. Et personne n’apportera le Jour de la Résurrection une œuvre meilleure que ce qu’il a apporté, sauf celui qui dit comme ce qu’il a dit ou plus ».

 

 

Dire : « Gloire à Allah et qu’Il soit loué, gloire à Allah le Très Grand. »

 

 

« Deux paroles sont légères pour la langue, lourdes dans la balance et aimées du Tout Miséricordieux ; ce sont : “Gloire à Allah et qu’Il soit loué et gloire à Allah le Très Grand.” » «Soubħânallâhi wa biħamdih, Soubħânallâhi Al-‘Adhîm »

 

 

 

Dire : « Gloire à Allah le Très Grand et qu’il soit loué. »

 

« On plantera un palmier au Paradis à celui qui dit : “Gloire à Allah le Très Grand et qu’Il soit loué.” » « Soubħânallâh »

 

 

 

Dire : « Il n’y a de force et de puissance qu’en Allah. »

 

« Lâ ħawla wa lâ qouwwata illâ billâh » « N’aimerais-tu pas que je t’indique [une formule qui est] un des trésors du Paradis ? [C’est la formule :] « Il n’y a de pouvoir et de puissance qu’en Allah. »

 

 

Dire l’invocation de l’expiation du verbiage dans une assemblée

 

« Soubħânaka-llâhoumma wa biħamdika ach-hadou ane lâ ilâha illâ anta astaghfirouka wa atoûbou ilayk. » « Quiconque s’assoit dans une assemblée dans laquelle il y discute beaucoup et dit avant de se lever de cette assemblée : “Gloire à Toi ô Allah et à Toi la louange. J’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’adoration que Toi, je Te demande pardon et je me repens à Toi” il lui sera pardonné ce qui s’est dit dans son assemblée. »

 

 

La prière sur le Prophète [Tachahhud]

 

« Allâhumma sallî ‘alâ Muhammadin wa ‘alâ âlî Muhammadin, kamâ sallayta ‘alâ Ibrâhîm wa ‘alâ âli Ibrâhîm, innaka Hamîdum-Majîd. Allâhumma bârik ‘alâ Muhammadin wa ‘alâ âlî Muhammadin, kamâ bârakta ‘alâ Ibrâhîm wa ‘alâ âli Ibrâhîm, innaka Hamîdum-Majîd. » « 

 

Celui qui fait la prière sur moi une seule fois, Allah fait sur lui dix prières, et dix péchés lui sont effacés et il est élevé de dix rangs » et dans l’ajout suivant : « … et dix récompenses lui sont inscrites pour cela. »

 

 

 

La mémorisation du Coran et sa récitation

 

 

Le mérite de la récitation des versets du Coran

 

« Celui qui récite au cours d’une période de 24 heures, cinquante versets, il ne sera pas inscrit parmi les insouciants, et celui qui récite cent versets est inscrit parmi les dévoués, et celui qui récite deux cents versets, le Coran ne va pas plaider contre lui le Jour de la Résurrection ; et celui qui récite cinq cents versets, il lui sera inscrit un quintal de récompenses. »

 

 

Le mérite de la sourate Al-Ikhlâss ou Le monothéisme pur [n° 112]

 

« Celui qui récite la sourate Al-Ikhlâss dix fois, Allah lui construit une maison au Paradis ». « La sourate Al-Ikhlâss équivaut au tiers du Coran ».

 

 

La mémorisation des versets de la sourate Al-Kahf [n° 18]

 

« Quiconque mémorise dix versets du début de la sourate Al-Kahf, est protégé contre l’antéchrist. »

 

 

 

La prière

 

 

 

La récompense du muezzin (celui qui appelle à la prière)

 

« En effet, aucun djinn, aucun être humain, aucune chose, n’entendra la voix du muezzin sans témoigner en sa faveur le Jour de la Résurrection. » « Les muezzins sont les gens qui auront les cous les plus longs le Jour de la Résurrection. »

 

 

Répéter ce que dit le muezzin pendant l’appel à la prière

et l’invocation finale à dire

 

« Celui qui après avoir entendu l’appel à la prière prononce ces mots : Allâhoumma rabba hadhîhi ada‘wati at-tâmmati was-salâtil-qâ’ïmati âti Mouhammadane al-wasîlata wal-fadîlata wab‘ath-hou maqâmane maħmoudane alladhî wa‘adtah.” soit “Ô Allah, Seigneur de cet appel parfait et de la prière que l’on va accomplir, accorde à Muhammad la place de grande estime et la place d’honneur (au paradis). Ressuscite-le en une position de gloire que tu lui as promise” celui-là, mon intercession lui sera assurément acquise au Jour de la Résurrection ».

 

 

Accomplir parfaitement les ablutions

 

« Celui qui s’applique à faire ses ablutions, ses péchés sortent de son corps, jusqu’à sortir de sous ses ongles. »

 

 

L’invocation après les ablutions

 

« Personne parmi vous ne fait les ablutions de manière parfaite ou complète, puis dit : “Je témoigne qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et que Muhammad est le serviteur d’Allah et Son Messager” sans que ne lui soient ouvertes les huit portes du Paradis et il pourra entrer par celle qu’il veut. »

 

 

L’accomplissement de deux unités de prière (raka‘a)

après les ablutions

 

« Pas un musulman ne s’applique à faire ses ablutions, puis accomplit deux unités de prière (raka’a)avec un cœur humilié et un visage humble, sans que le Paradis ne lui soit attribué. »

 

 

Le grand nombre de pas pour se rendre à la mosquée

 

« Celui qui se rend à la mosquée de la communauté, chaque pas qu’il fait lui efface un péché etun autre lui inscrit une bonne action, à l’aller comme au retour. »

 

 

Le fait de se rendre à la mosquée

 

« Celui qui se rend matin et soir à la mosquée, Allah lui réservera un lieu d’accueil au Paradispour chaque fois qu’il y aura été matin et soir. »

 

 

Le fait de se préparer le jour du vendredi

et de se rendre tôt à la mosquée

 

« Celui qui se lave la tête et le corps le jour du vendredi, puis se rend à la mosquée de bonne heure avant que le sermon ne commence, en marchant sans emprunter de monture puis se rapproche de l’imam et l’écoute sans être distrait, aura pour chaque pas, la récompense d’une année de jeûne et de prière de nuit ».

 

 

« Tout homme qui se sera lavé le jour du vendredi, qui se sera purifié selon sa capacité, qui s’enduira de son onction ou qui se parfumera de chez lui, puis qui se rendra à l’office assez tôt pour ne pas avoir à se glisser entre deux fidèles, qui fera ensuite le nombre de raka’a de prière qu’Allah veut qu’il effectue et gardera le silence pendant que l’imam parle, celui-là tous les péchés qu’il aura commis de ce vendredi à l’autre lui seront pardonnés. »

 

 

Le fait de parvenir à prononcer le Takbiratou-l-Ihrâm 

(le premier Allâhou Akbar de la prière) juste après l’imam

 

« Celui qui pendant quarante jours voue la prière à Allah en groupe en parvenant à prononcer le premier Allâhou Akbar (juste après l’imam), il sera préservé de deux choses : l’Enfer et l’hypocrisie. »

 

 

La prière obligatoire en commun

 

 

« La prière en commun est de vingt-sept degrés supérieure à la prière faite individuellement. »

 

 

Celui qui accomplit les prières de la nuit [al-‘Ichâ]

et de l’aube [al-Fajr] en assemblée

 

« Celui qui accomplit la prière de la nuit en groupe, c’est comme s’il avait passé la moitié de la nuit à prier et celui qui accomplit la prière de l’aube en groupe, c’est comme s’il avait prié toute la nuit. »

 

 

La prière au premier rang

 

« Si les fidèles connaissaient la récompense de ceux qui font l’appel à la prière et ceux qui occupent le premier rang de la prière, puis ne trouvaient d’autre moyen de pouvoir accomplir cela qu’en procédant au tirage au sort, ils le feraient sûrement. »

 

 

La prière de la femme dans sa maison

 

« Une femme vint trouver le Prophète et lui dit : “Ô Messager d’Allah, j’aime prier en ta compagnie.” Il dit : “je sais que tu aimes prier avec moi, mais la prière dans ta chambre est meilleure pour toi que ta prière dans ton appartement, et ta prière dans ton appartement est meilleure pour toi que ta prière dans ta maison, et ta prière dans ta maison est meilleure pour toi que ta prière dans la mosquée proche de chez toi, et ta prière dans cette mosquée est meilleure pour toi que ta prière dans ma mosquée.” »

 

 

Le fait d’accomplir abondamment les prières surérogatoires

 

« Il t’incombe de te prosterner abondamment devant Allah, car tu ne fais pas une seule prosternation pour Allah sans qu’Allah t’élève d’un degré et t’efface un péché. »

 

 

Celui qui accomplit régulièrement les prières

surérogatoires (sunan ar-rawâtib), liées aux prières obligatoires

 

« Celui qui accomplit au cours de la journée et de la nuit douze raka’a [ou unités de prière], une demeure lui est construite au Paradis : quatre raka’a avant la prière du Dohr [Midi] et deux après elle, deux raka’a après la prière du Maghreb [Couché du soleil], deux raka’a après la prière du‘Ichâ [Nuit], deux raka’a avant la prière du Fajr [Aube]. »

 

 

L’accomplissement des deux raka’a surérogatoires

avant la prière de l’aube, et la prière obligatoire de l’aube.

 

 

« Les deux raka’a avant la prière de l’aube sont meilleures que ce bas monde et ce qu’il renferme. » « Celui qui accomplit la prière de l’aube est sous la protection d’Allah. »

 

 

La prière de la matinée [ad-Dhouha]

 

 

« Chaque articulation du corps humain doit chaque matin faire l’aumône [d’une bonne œuvre] : chaque glorification d’Allah est une aumône, chaque louange d’Allah est une aumône, chaque prononciation de “il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah” Lâ ilâha illallah” est une aumône, chaque prononciation de “Allah est le Plus Grand” Allâho Akbar” est une aumône, ordonner le convenable est une aumône, interdire le blâmable est une aumône, et tout cela est compensé par deux raka’a qu’il accomplit durant la matinée. »

 

 

Celui qui s’assoit dans son lieu de prière et évoque Allah

 

 

« Les anges prient pour l’un de vous tant qu’il reste à l’endroit où il a fait sa prière et qu’il reste en état de purification. Ces Anges disent : “Ô Allah, pardonne-lui, fais-lui miséricorde !” »

 

 

L’évocation d’Allah après la prière de l’aube accomplie en groupe,

jusqu’au lever du soleil

 

 

« Celui qui accomplit la prière de l’aube en groupe, puis s’assoit pour évoquer Allah jusqu’au lever du soleil, et prie ensuite deux raka’a, cela lui équivaut à la récompense d’un Hadj [Grand pélerinage à la Mecque] et d’une Oumra [Petit pélerinage à la Mecque] complets, complets et complets. »

 

 

Celui qui se réveille pour prier dans la nuit et réveille sa femme

 

« Celui qui se réveille dans la nuit et réveille sa femme puis ils prient ensemble deux raka’aseront comptés parmi ceux et celles qui évoquent beaucoup Allah. »

 

 

Celui qui, ayant eu l’intention de se réveiller la nuit pour prier,

n’a pas pu se réveiller

 

« Toute personne qui a l’intention de prier dans la nuit, mais n’a pas pu se réveiller, Allah lui inscrira la récompense de cette prière et son sommeil est une aumône. »

 

 

Celui qui invoque Allah lorsqu’il se réveille dans la nuit

 

« Celui qui se réveille pendant la nuit et dit ensuite : “Il n’y a d’autre divinité digne d’adoration qu’Allah seul ; Il n’a pas d’associé ; à Lui la royauté ; à Lui la louange ; Il est capable de toutes choses. Louange à Allah ; gloire à Allah ; il n’y a d’autre divinité digne d’adoration qu’Allah. Allah est le Plus Grand. Il n’y a de pouvoir et de puissance qu’en Allah.” Puis dit : “Ô Allah, pardonne-moi, ou s’il invoque, son invocation sera exaucée, et s’il fait ses ablutions puis prie, sa prière sera agréée.” » 

 

« Lâ ilâha illâllâhou waħdahou lâ charîkalahou lahoul-moulkou wa lahoul-ħamdou wa houwa ‘alâ koulli chay'in qadîr. Al-hamdoulillâh, soubħânallâh, lâ ilâha illâllâhou, Allâhou akbar, Lâħawla wa lâ qouwwata illâ billâhi. Rabbighfir ly. »

 

 

Dire : soubħânallah [gloire à Allah] (33 fois), 

 al-hamdou lillâh [louange à Allah] (33 fois),

 Allâhou Akbar [Allah est le plus grand] (33 fois) 

et finir cela par lâ ilâha illallâh… [il n’y a de divinité

digne d’adoration qu’Allah] après chaque prière obligatoire.

 

« Celui qui glorifie Allah à la fin de chaque prière trente-trois fois, loue Allah trente-trois fois, et proclame la grandeur d’Allah trente-trois fois, ce qui fait quatre-vingt-dix-neuf, puis dit pour compléter à cent : “il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah uniquement, point d’associé à Lui ; à Lui la royauté et à Lui la louange, et Il est capable de toutes choses”, toutes ses fautes seront pardonnées, fussent-elles aussi nombreuses que l’écume de la mer. »

 

 

La récitation du verset du koursy [âyatou-l-koursy]

après chaque prière obligatoire [verset nº 255, sourate Al-Baqara]

 

« Celui qui récite le verset du koursy à la fin de chaque prière obligatoire, il n’y a que la mort qui l’empêche d’entrer au Paradis. »

 

 

 

La maladie, la mort

 

 

Rendre visite au malade

 

« Il n’y a pas de musulman qui visite un musulman [malade] sans que soixante-dix mille anges prient sur lui jusqu’au soir ; et s’il lui rend visite le soir, soixante-dix mille anges prient sur lui jusqu’au matin et il a un jardin dans le Paradis. »

 

 

Celui qui prononce la formule de l’unicité d’Allah et meurt

 

« Il n’y a pas de serviteur qui prononce lâ ilâha illallâh” [il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah] puis meurt dans cet état sans qu’il n’entre au Paradis. »

 

 

Celui qui console une personne frappée par un malheur

 

« Celui qui console une personne frappée par un malheur aura une récompense égale à la sienne. » « Aucun croyant ne réconforte son frère atteint par un malheur sans qu’Allah ne le revête de la parure de la dignité. »

 

 

Celui qui lave un mort et garde son secret

 

« Celui qui lave un mort et dissimule ses parties intimes ou ses défauts, Allah lui pardonnera (ses péchés) quarante fois. »

 

 

La prière mortuaire, puis suivre le cortège funèbre jusqu’à l’enterrement.

 

« Quiconque assiste à un enterrement jusqu’à la fin de la prière acquiert un qirât, et quiconque assiste jusqu’à la fin de la mise en terre acquiert deux qirât. On demanda au Prophète quelle était la valeur de ces deux qirât, il répondit : “Ils équivalent à deux énormes montagnes”. Ibn Oumar a dit : “En vérité, nous avons négligé beaucoup de qirât.” »

 

 

 Le don, l'aumône, le prêt sans intérêt

 

 

Celui qui construit une mosquée pour Allah

ou participe à sa construction

 

« Quiconque construit une mosquée pour Allah, même de la taille d’un nid de gélinotte, Allah lui construit une maison au Paradis. »

 

 

Le don

 

« Il n’est pas un seul jour où les hommes se retrouvent au matin, sans qu’il n’y ait deux anges qui descendent du ciel. L’un d’eux dit : “Ô Allah, à celui qui fait l’aumône, donne une compensation”, et l’autre dit : Ô Allah, à celui qui retient son argent, inflige une perte.” »

 

 

L’aumône

 

 

« L’aumône ne diminue rien d’un capital, et Allah ne fait qu’augmenter la dignité de la personne qui pardonne aux autres et celui qui fait preuve de modestie pour Allah, Allah l’élève. » « Un dirham a surpassé cent milles [dirhams] ! » Ils dirent : “Ô Messager d’Allah ! comment cela se fait-il ?” Il répondit : “Un homme qui possède deux dirhams puis en prend un et le donne en aumône, alors qu’un autre homme qui possède une énorme fortune, prend une petite quantité équivalent à cent mille dirhams puis la donne en aumône.” »

 

 

Le prêt sans intérêt

 

« Il n’y a pas de musulman qui accorde deux fois un prêt à un musulman, sans que cela soit commes’il l’avait donné une fois en aumône. »

 

 

Le fait de renoncer à la dette que l’on réclame d’une personne en difficulté

 

 

« Il y avait un homme qui accordait des prêts aux gens et qui disait à son domestique : “Quand tu iras chez un homme se trouvant dans la difficulté, renonce à lui réclamer la dette, peut-être qu’Allah renoncera (à nous punir pour nos péchés)”. Cet homme rencontra Allah le Tout-Puissant qui lui pardonna ses fautes. »

 

 

Extrait du livre « L'interprétation du sens des versets du dernier dixième du Coran,suivie de quelques enseignements indispensables à tous. »   

 

 

Source :

 

 

http://les-nobles-caracteres.over-blog.com/

Tag(s) : #Acte d'Adoration

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :