Cheïkh Abdel-Mouhssine Al-Quassim

 

Vendredi 4/11/1422 (18/1/2002)

 

 

Serviteurs d’Allah, craignez Allah sincèrement, car la crainte d’Allah correspond à combattre les passions et le malheur est l’éloignement de la guidée.



O vous musulmans !


Allah a donné à ses serviteurs des rangs et des degrés différents en ce qui concerne l’honneur, la dignité, la science et l’adoration ; il a fait qu’ils soient les uns au service des autres pour la réalisation de la succession et de la vie sur terre :



{C’est lui qui a fait de vous des successeurs sur terre et qui vous a élevés, en rangs, les uns au-dessus des autres, afin de vous éprouver en ce qu'il vous a donné}.



Et Allah a dit :



{C’est Nous qui avons réparti entre eux leur subsistance dans la vie présente et qui les avons élevés en grades les uns au-dessus des autres, afin que les uns prennent les autres à leur service}.


La plainte du pauvre est une épreuve pour le riche, l’incapacité du faible est épreuve pour celui qui est fort, et la douleur du malade est une tentation pour celui qui est en bonne santé ; à cause de cette règle universelle, la Sounnah est venue pour inciter les gens à s’entraider, à subvenir aux besoins des pauvres et des faibles, à les aider à dissiper leurs afflictions et à faire de bonnes intercessions en leur faveur pour que l’amour, l’entente et la fraternité règnent toujours entre eux.

La religion est l’adoration et le bon comportement ; Ibn Al-Quayim (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :


-« La raison, le Coran et la Sounnah, la nature humaine et les expériences des communautés ont montré que chercher à se rapprocher du Seigneur des mondes et être bienfaisant envers ses créatures sont parmi les causes les plus importantes pour acquérir le bien, et que l’opposé de cela est parmi les causes les importantes pour que le mal arrive ; donc, il n’y a rien de mieux pour acquérir les bienfaits d’Allah et pour repousser ses châtiments que d’obéir à Allah et d’être bienfaisant envers ses créatures ».


Etre utile aux gens et les aider à dissiper leurs afflictions font partie des qualités des prophètes et des Messagers .

 

Le prophète Joseph le généreux (que la paix soit sur lui) malgré ce que ses frères lui avaient fait, chargea leurs chameaux de provisions sans les léser ; Moïse (que la paix soit sur lui) lorsqu’il arriva au puits de Madiane, trouva des gens qui abreuvaient leurs moutons, et il trouva aussi à l’écart deux femmes faibles, il  souleva la pierre qui était sur le puits et abreuva leurs moutons ; et Khadija (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit en décrivant le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) :


-« Tu entretiens les liens de parenté, tu aides les faibles et ceux qui sont dans le besoin, tu reçois les invités et soutiens la vérité ».


Le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) la meilleur des créatures, ne refusait jamais la demande d’une personne qui venait lui demander quelque chose ; Jabir (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :



-« La réponse du Messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a chaque fois qu’on lui demandait quelque chose n’a jamais été : “non” ».



Les compagnons et les gens pieux ont suivi l’exemple du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) ; Omar ibn Al-khattab (qu'Allah soit satisfait de lui) rendait visite aux femmes veuves pour leur apporter de l’eau pendant la nuit ; et Abou Waa’il (qu’Allah lui fasse miséricorde) allait chez les femmes et les vieilles du quartier tous les jours pour leur acheter ce dont elles avaient besoin.


Etre au service des gens et aider les faibles sont les signes d’une bonne éducation, d’une bonne famille, de la pureté du cœur et d’un esprit sain ; et notre Seigneur est Miséricordieux envers ceux qui sont miséricordieux .

 

Allah a choisi des gens à qui il donne beaucoup de bienfaits pour qu’ils aident ses serviteurs ; de plus, celui qui aide quelqu’un à dissiper ses afflictions, Allah dissipera ses afflictions et fera disparaître ses ennuis le jour du jugement .

 

Le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :


(Quiconque aide un croyant à dissiper une affliction dans ce monde, Allah dissipera pour lui une affliction parmi les afflictions du jour du jugement) rapporté par Mouslim, et dans une autre version de Mouslim :



(Quiconque veut qu’Allah le sauve des afflictions du jour du jugement, devra retarder le paiement de la dette de celui qui est dans les difficultés ou il devra lui pardonner cette dette).


Lorsque nous aidons les gens, Allah met la bénédiction dans notre temps et notre travail, et il nous facilite les situations difficiles ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Quiconque facilite à une personne qui se trouve dans les difficultés, Allah lui facilitera dans ce monde et dans l’autre).

La fonction des gens intelligents de l’Islam et des savants de la communauté est d’aider les gens ; Ibn Al-Quayim (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :


« Cheïkh Al-Islam faisait beaucoup d’effort pour aider les gens ».


La religion est venue avec la science et les actions, ainsi que l’adoration et le bon comportement avec les gens ; en faisant le bien, nous finissons bien notre vie et nous évitons la mauvaise fin, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :


(Faire le bien est une protection contre la mauvaise fin, les dommages et les destructions ; et ceux qui accomplissent le bien dans ce monde seront avec ceux qui accomplissent le bien le jour du jugement).


Ibn Hibbane rapporte dans son recueil de hadiths authentiques, dans le chapitre : “profiter de sa dignité (fonction élevée) pour aider les pauvres et les miséreux, est utile dans ce monde et dans l’autre” ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :


(Il y a des gens aux cheveux ébouriffés, poussiéreux, repoussés aux portes, si ceux-ci demandaient en jurant par Allah, Allah accepterait leurs demandes).


Qui aidera les faibles, les veuves et les orphelins après Allah ? ; tes affaires peuvent réussir grâce à une demande adressée à Allah et acceptée qu’ils ont faite pour foi.


Ce monde est rempli de difficultés, la vie est une épreuve ; celui qui est fort peut devenir faible, le riche peut faire faillite, le vivant meurt, et celui qui est heureux est celui qui a profité de sa fonction élevée pour la religion et pour aider les gens ; Ibn Abbass (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :


« Quiconque se déplace pour aider son frère (en Islam), aura à chaque pas qu'il fera la récompense d’une aumône (une bonne action) ».


Ceux qui veulent faire le bien considèrent le fait que les gens n’aillent pas leur demander de l’aide comme un malheur ; Hakim ibn Hizame (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :


-« Toutes les fois que je me suis réveillé sans qu’il y ait une personne devant ma porte qui avait besoin de mon aide, je sus que c’était un malheur ».

De plus, ils considèrent que celui qui est dans le besoin est mieux que celui qui a une fonction élevée lorsqu’il est venu le voir pour lui demander de l’aide ; Ibn Abbass (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :



-« Il y a trois genres de personnes qui sont mieux que moi : un homme qui m’a salué le premier, un homme qui s’est déplacé pour que je m’assoie dans une assemblée, et un homme dont les pieds sont devenus poussiéreux en venant vers moi pour me saluer ; et le quatrième aucune personne ne peut le récompenser pour moi sauf Allah »



On lui dit :


-« Qui ? »

Il répondit :


-«Un homme qui fut dans les difficultés, qui passa la nuit à réfléchir à propos de quelqu’un qui pourrait l’aider ; puis, il pensa que je pourrais l’aider ; donc, il vint me demander de l’aide ».


Celui qui demande de l’aide ou une intercession ne doit le demander qu’à une personne qui en a la capacité ; il ne doit pas demander de l’aide losrqu’il n’en a pas besoin, ni losrqu’il ne le mérite pas car celui qui demande ce qu’il ne mérite pas, sa demande doit être rejetée.

Il doit demander en utilisant de bonnes paroles, avec politesse, et il ne doit pas blâmer celui qui refuse d’intercéder pour lui, même si cette personne possède une fonction élevée, car une femme refusa l’intercession de la meilleure des créatures (qu'Allah prie sur lui et le salue) lorsqu’il lui dit :


(Que penses-tu si tu retournais avec ton mari car il est le père de ton fils ?)

 


Elle dit :



-« O Messager d’Allah ! Est-ce un ordre ? ».


Il dit :


(Non, je ne fais qu’intercéder pour lui).



Elle dit :


-« Alors, je n’ai pas besoin de lui » rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.


Ensuite, lorsque l’affaire de la personne se réalise, elle doit remercier l’intercesseur et celui chez qui l’intercession s’est réalisée ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :



(Celui qui ne remercie pas les gens, ne remercie pas Allah) rapporté par Ahmed.

 


Et il a dit (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

 

(Quiconque vous fait un bien, récompensez-le ; si vous ne pouvez pas le récompenser, adressez des demandes à Allah en sa faveur jusqu’à ce que vous pensiez l’avoir récompenser ainsi) rapporté par An-Nassa’i.


Et si vous ne possédez rien pour le récompenser, alors remerciez-le.


Donc, craignez Allah, aidez vos frères, conseillez-vous mutuellement la vérité et la justice, et entraidez-vous pour accomplir le bien et pour acquérir la piété, car il ne restera rien à l’homme sauf ses actions.


Je cherche refuge auprès d’Allah contre satan le maudit :


{Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition !}.

 


Deuxième sermon

 

O vous les musulmans !


Parmi ce qui corrompt le plus les bonnes œuvres : rappeler aux gens les bienfaits que nous leur avons faits et le fait de parler de nos bonnes œuvres aux gens.

 Ce rappel des bienfaits détruit les actions, et il n’y a aucun bien dans les bonnes œuvres si nous les comptons.

De plus, les bonnes œuvres ne sont complètes que sous trois conditions : se dépêcher de les accomplir, les minimiser, et ne pas les dévoiler (ou les cacher).

 

 Et parmi les intercessions dont il faut se méfier : intercéder dans une affaire illicite ou pour s’emparer du droit d’un musulman ou pour lui nuire ; l’Islam est la religion de la justice, il ordonne ce qui est utile, interdit ce qui est nuisible, et intercéder en voulant transgresser les lois d’Allah fait partie des grands péchés.



Source :


http://alharamainsermons.org

Tag(s) : #Discours du vendredi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :