Cheikh Mohamed Ali Ferkous ( Qu'Allah le préserve )

 

 

Louange à Allah, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allah a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

 

Certes, la campagne féroce pleine de troubles, de mensonges et de faux menée par les adversaires de la prédication du Tawhîd, afin de diffamer la prédication du cheikh Mohammed Ibn `Abd El-Wahhâb -رحمه الله- par de maintes façons et propagandes, en la décrivant comme étant une prédication politique et partiale, qui serait fondée sur la haine du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم:

 

كَبُرَتْ كَلِمَةً تَخْرُجُ مِنْ أَفْوَاهِهِمْ إِنْ يَقُولُونَ إِلاَّ كَذِبًا﴾ [الكهف: 5].

 

Traduction du sens du verset :

 

﴾Quelle monstrueuse parole que celle qui sort de leurs bouches ! Ce qu’ils disent n’est que mensonge﴿ [El-Kahf (La Caverne) : 5], surtout quand il s’agit de l’étude de l’héréticité de la célébration des naissances et du fait de dire Sayyidouna Mohammed (notre maître Mohammed) lors de l’appel à la prière et des invocations qui comportent un excès de louange à l’endroit du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم et autres, afin d’éveiller les sentiments des musulmans vu qu’ils aiment le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم ; et ce, par des propagandes coupables, sous prétexte que les Salafis n’aiment pas le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم et détestent de le saluer.

 

Tout ceci est dans l’intention de détourner les gens de la voie d’Ahl Es-Sounna et d’empêcher la propagation de la prédica­tion salafie, qui est basée sur le principe de purifier le Tawhîd de toutes sortes de Chirk et d’abandonner toutes les voies hormis celle du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم.

 

En effet, la prédication de Mohammed Ibn `Abd El-Wahhâb(١) -رحمه الله- «N’est qu’un prolongement de la prédication de ceux qui suivent le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم parmi les Pieux Prédécesseurs et ceux d’Ahl Es-Sounna qui leur ont emboîté le pas ; qui ne dérogent pas à leurs fondements ni à leur voie dans la prédi­cation au sentier d’Allah, en s’appuyant sur des preuves et des arguments».

 

 

Allah سبحانه وتعالى dit :

 

قُلْ هَذِهِ سَبِيلِي أَدْعُو إِلَى اللهِ عَلَى بَصِيرَةٍ أَنَا وَمَنِ اتَّبَعَنِي وَسُبْحَانَ اللهِ وَمَا أَنَا مِنَ الْمُشْرِكِينَ﴾ [يوسف: 108].

 

Traduction du sens du verset :

 

﴾Dis : «Voici ma voie, j’appelle les gens à [la religion] d’Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente. Gloire à Allah ! Et je ne suis point du nombre des associateurs﴿ [Youssouf (Joseph) : 108].

 

Sa prédication, qui est celle des Imams bien guidés, est basée sur la lutte contre les hérésies, le fanatisme doctrinal et le schisme. Elle prévient les dissensions de se produire entre les doctrines qu’on défend par de faibles hadiths et de corrompues opinions, en laissant les traditions prophétiques authentiques.

 

Il a également combattu, de par sa prédication, le fait de conférer à l’Imam suivi par ses adeptes, le statut du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dans sa nation ainsi que le fait d’adopter les paroles des hommes en négligeant et se passant de la Révélation.

 

Cet attachement à une seule doctrine est utilisé comme moyen pour faire de cette dernière une prédication à laquelle on appelle et pour laquelle on aime et on déteste, ce qui a mené à se défaire de la communauté des musulmans, à diviser leur rang et à désagréger leur union. Cela a permis aux ennemis d’établir leur domination sur eux et de les combattre.

 

Ainsi, Ahl Es-Sounna Wal-Djamâ`a appellent les gens à s’accrocher à la recommandation du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dont la teneur est de se cramponner au Livre et à la Sounna et ce sur quoi la communauté s’est entendue. Ceux-là sont, seuls, les fondements infaillibles.

 

Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit : «Je vous ai laissé deux choses. Tant que vous vous y maintiendrez, vous ne vous égarerez jamais : le Livre d’Allah et ma Sounna. Et jamais ils ne se sépareront, jusqu’à ce qu’ils soient mis sur le Fleuve (El-Hawdh)»(٢).

 

Il a également dit : «Accrochez-vous à ma Sounna et à la tradition des Califes bien guidés qui viendront après moi ; mordez-y à pleines dents»(٣).

 

Par ailleurs, la dépréciation d’Ahl Es-Sounna Wal-Djamâ`a et leur dénigrement en les dénommant par des noms injurieux, tels que : «Wahhabites», «Ulémas de la cour», «El-Hachwiyya», «Gens des gloses et des questions secondaires», «Ulémas des menstrues et des lochies», «Ignorants de la réalité», «Talafis(٤), suiveurs de la queue de la mule du sultan», «Collaborateurs» et «Ulémas des sultans» ne sont que les voies des injustes et des détracteurs des Gens de la Sounna salafis.

 

La série de corruption ne cesse d’être perpétrée par les malades dont la croyance est altérée ; ils lancent leurs propos rudes contre Ahl Es-Sounna Wal-Djamâ`a et imputent les fausses accusations aux gens bien guidés et avisés, voulant ainsi éloigner les gens de leur prédication et les susciter à y rechigner, à s’en détourner et à voir Ahl-Es-Sounna d’un œil méprisant, fâché et dépréciatif.

 

En effet, ceci n’est pas étrange aux gens de la fausseté qui manifestent leur insolence envers les savants et sous-estime leur savoir et leur foi par des dénigrements, des calomnies et des diffamations.

 

On a dénigré le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم en l’affublant de sobriquets mensongers et en lui attribuant de faux qualificatifs. Allah عزَّ وجلَّ dit :

 

كَذَلِكَ مَا أَتَى الَّذِينَ مِنْ قَبْلِهِمْ مِنْ رَسُولٍ إِلاَّ قَالُوا سَاحِرٌ أَوْ مَجْنُونٌ. أَتَوَاصَوْا بِهِ بَلْ هُمْ قَوْمٌ طَاغُونَ﴾ [الذاريات: 52-53].

 

Traduction du sens du verset :

 

﴾Ainsi, aucun Messager n’est venu à leurs prédécesseurs sans qu’ils n’aient dit : «C’est un magicien ou un possédé !». Est-ce qu’ils se sont transmis cette injonction ? Ils sont plutôt des gens transgresseurs﴿ [Edh-Dhâriyât (Qui Eparpillent) : 52-53].

 

Également, un homme des kharijites avait déjà ce caractère blâmable en disant au Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم : «Sois juste»(٥). Un autre a dit à `Outhmân رضي الله عنه quand il s’est introduit à sa maison pour le tuer : «Ô Na`thel»(٦).

 

Ech-Châtibi a dit : «On rapporta qu’un chef, parmi les têtes des hérétiques, voulait favoriser la scholastique au Fiqh (jurispru­dence islamique) et disait : l’ensemble du savoir d’Ech-Châfi`i et d’Abou Hanîfa ne dépasse pas le pantalon de la femme» et a commenté en disant : «Cette parole est celle des déviants, qu’Allah les combatte»(٧).

 

Il importe de souligner que le dénigrement des héritiers des Prophètes mène à l’apostasie,

 

﴿فَلْيَحْذَرِ الَّذِينَ يُخَالِفُونَ عَنْ أَمْرِهِ أَنْ تُصِيبَهُمْ فِتْنَةٌ أَوْ يُصِيبَهُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌ﴾ [النور: 63].

 

Traduction du sens du verset :

 

﴾Que ceux, donc, qui s’opposent à son commandement prennent garde qu’une épreuve ne les atteigne, ou que ne les atteigne un châtiment douloureux﴿ [En-Noûr (La Lumière) : 63].

 

À chaque fois qu’il y a une nation qui charge ses savants et son élite d’ignorance et les discrédite, sachez alors qu’elle est au seuil d’une dissension et d’une déperdition ; et quel bonheur que les ennemis de l’Islam tirent d’un tel mal et d’une telle calomnie !»(٨).

 

Et dans le contexte de dévoiler les imposteurs qui ont usé des ruses avec cette pauvre nation, en l’endormant par des visions et des rêves, en lui promettant de la racheter et d’expier ses péchés, en ébranlant sa croyance en Allah عزَّ وجلَّ par les choses qu’ils se sont arrogées, comme leur prétention de disposer de l’univers, que ce soit dans leur vie ou après la mort, et leur prétention de partager avec Le Créateur les attributs propres à Lui comme la création et le commandement, et en corrompant sa nature saine par les hérésies qu’ils ont apportées en ajoutant et en diminuant des choses aux actes d’adoration ; le cheikh Mohammed El-Bachîr El-Ibrâhîmi -رحمه الله-, dans son conseil, cite une orientation sincère et une excellente défense des wahhabites et ce que leurs antagonistes leur reprochent en disant : «Ils disent que nous sommes des wahhabites, une parole tellement répétée ces derniers temps qu’elle a fait oublier les précédentes, telles que : Abdawites(٩), Ibadites ou kharidjites. Nous sommes – par la grâce d’Allah – stables, dans la même position qui est celle de la vérité, mais on nous colle chaque jour un attribut, et on nous donne à chaque fois un nom. Ils prennent ces différents noms comme des outils pour détourner le commun des gens de nous et comme armes avec lesquelles ils nous combattent ; et à chaque fois qu’un outil s’épuise, ils apportent un autre.

 

Ces armes se caractérisent par leur ineffi­cacité et leur inutilité. Le dernier type d’arme inopérante qu’ils exposent ces jours est le mot «Wahhâbi» (wahhabite) ; et peut être qu’ils lui ont attribué des qualificatifs négatifs qu’ils n’ont pas attribués aux autres mots et ils lui ont donné de l’importance plus que tout autre mot, et peut être qu’ils récompensent la personne qui a innové ce mot en l’appelant (un grand inventeur)».

 

Puis, il a ajouté -رحمه الله- :

 

«Ô peuple ! La vérité prime sur les personnes, et la Sounna ne se nomme pas du nom de celui qui la revivifie. Les wahhabites sont des musulmans qui appartiennent, comme vous, à l’Islam et vous surpassent en la pratique de ses rites et des ordres d’Allah. Ils surpassent tous les musulmans en une chose ; c’est qu’ils n’acceptent jamais l’hérésie ; et quel est leur péché s’ils contestent ce que le Livre d’Allah et la Sounna de Son Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم contestent, et si Allah leur a facilité les moyens par lesquels ils peuvent changer le mal ?

 

Est-ce que si on est d’accord avec un groupe des musulmans sur une chose incontestablement admise dans la religion, ou sur le fait de changer les choses répréhensibles et manifestes, que ce soit chez nous ou chez vous – et le mal reste un mal même si l’on change de patrie – vous nous joignez à eux pour nous dénigrer et nous dédaigner tous deux.

 

Nous sommes différents, du fait que nous sommes malikites malgré vous, et qu’ils sont hanbalites malgré vous, que nous sommes en Algérie et qu’ils sont dans la péninsule arabique, que nous utilisons pour la réforme la plume et eux s’appliquent en pratique, qu’ils détruisent les mausolées avec des pioches alors que nous écrivons sur leurs bâtisseurs des reproches»(١٠).

 

Abou Ya`la Ez-Zwâwi -رحمه الله- a dit : «C’est ce qui nous arrive, à nous, les réformistes sincères à cette époque, à chaque fois que nous mentionnons ou que nous mettons les musulmans en garde contre une erreur ou une corruption de croyance et des coutumes, ou lorsque nous nous opposons aux corruptions et aux fausses croyances, ou que nous citons les sectes qui sont dérogées à l’Islam qui a apporté leTawhîd, un groupe de sots, de rétrogrades et de faibles d’esprit s’opposent à nous et sortent de leurs demeures pour repousser la vérité avec ostentation publique et prétendent défendre les pieuses personnes, mêlant ainsi le faux au vrai et cachant sciemment la vérité»(١١).

 

Nous terminons ce livre avec la parole du cheikh El-Bachîr El-Ibrâhîmi -رحمه الله- qui disait : «Nous nous accordons avec les wahha­bites sur la voie réunificatrice qu’est la Sounna du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم et nous leur reprochons leur excès dans la vérité comme nous vous repro­chons votre excès dans le faux, alors faites ce que bon vous semble, cela ne nous nuit point et cela ne vous profite nullement»(١٢).

 

Notre dernière invocation est qu’Allah, Seigneur des Mondes, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 22 Cha`bân 1430H

 

Correspondant au 13 août 2009

 

 

 

(1) Sa`id Ez-Zâhiri -رحمه الله- (membre administratif de l’Association des Ulémas Musulmans Algériens) a dit en répondant au Ministre de l’Education marocain d’alors : «Il reste une seule chose à éclaircir, qui est le propos du Ministre : (le fondateur de cette École est Cheikh El-Islâm Ibn Taymia. Néanmoins, c’est Ibn `Abd El-Wahhâb qui était le plus connu par cette École).

 

En effet, le fondateur de cette École n’est ni Ibn Taymia, ni Ibn `Abd El-Wahhâb, ni l’Imam Ahmad, ni aucun autre Imam ou savant. Son fondateur n’est autre que le sceau de tous les Prophètes, notre Maître Mohammed Ibn `Abd Allâh صلَّى الله عليه وسلَّم. En réalité, ce n’est pas une École ; c’est plutôt une vocation qui appelle les gens à revenir à la Sounna prophétique et à s’agripper au Noble Coran. Certes, ce n’est autre que ceci». [La revue «Madjallat Es-Sirât Es-Sawiy» (Edition 5/5. Publiée le 26 Djoumâda Eth-Thânia 1352 H, correspondant au 16 octobre 1933 G)].

 

(2) Rapporté par El-Hâkim dans «El-Moustadrak» (hadith 319) et par El-Bayhaqi dans «Es-Sounane El-Koubra» (10/114) par l’intermédiaire d’Abou Hourayra رضي الله عنه. Ibn `Abd El-Bar a dit dans : «Et-Tamhîd» (24/331) : «Ceci est aussi conservé, connu et notoire comme étant l’un des hadiths du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم. En effet, il est d’une notoriété chez les ulémas au point qu’on peut se passer de sa chaîne de narration». Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans «Sahîh El-Djâmi`» (hadith 2937).

 

(3) Rapporté par Abou Dâwoûd (5/12), chapitre de «La Sounna», concernant l’agrippement à la Sounna, par Et-Tirmidhi (hadith 2676), chapitre de «La science», concernant le fait de suivre la Sounna et d’éviter l’hérésie, par Ibn Mâdjah (hadith 42) dans ses «Sounane», concernant le fait de suivre les Califes biens guidés, et par Ahmad (4/126) par l’intermédiaire d’El-`Irbâdh Ibn Sâria رضي الله عنه. Ce hadith est jugé Hassane (bon) par El-Baghawi dans «Charh Es-Sounna» (1/181). Par ailleurs, il est jugé authentique par Ibn El-Moulaqqin dans «El-Badr El-Mounîr» (9/582) et par El-Albâni dans «Sahîh El-Djâmi`» (hadith 2549) et dans «Es-Silsila Es-Sahîha» (hadith 937).

 

(4) Talafis : en allusion à Salafis ; du verbe arabe «Talifa», qui veut dire «s’abîmer».

 

(5) Rapporté par El-Boukhâri (2/123), chapitre de «La prescription de la cinquième partie du butin» et par Mouslim, chapitre de «La zakat» (1/471) par l’intermédiaire de Djâbir Ibn `Abd Allâh رضي الله عنهما.

 

(6) Rapporté par El-Baghawi dans «Hadîth `Ali Ibn El-Dja`d» (hadith 2239) et par Ibn Sa`d dans «Et-Tabaqât El-Koubra» (3/58) par l’intermédiaire de Kinâna Mawlâ Safiyya qui a dit : «J’ai vu le tueur de `Outhmân dans sa maison, il était un homme égyptien de peau noire qu’on dénommait Djabala, je l’ai vu tendre ses mains (ou : lever ses mains) et dire : «C’est moi qui a tué En-Na`thal»».

 

Ibn El-Athîr a dit dans «En-Nihâya» (5/80) : «Les ennemis de `Outhmân رضي الله عنه le dénomme Na`thal en référence à un égyptien qui avait une longue barbe et qu’on appelait Na`thal. Certains ont dit que Na`thal veut dire : un vieil homme stupide. D’autres ont dit que c’est : le mâle des hyènes».

 

(7) Voir : «El-I`tissâm» d’Ech-Châtibi (2/239).

 

(8) Voir : «Naqd Wa Tawdhîh Fi Tahdîd Ahl El-Islâh Wa Sabab Tafarrouq El-Oumma» de l’auteur.

 

(9) Adeptes de Mohammed `Abdou.

 

(10) Voir : «Âthâr El-Imâm Mohammed El-Bachîr El-Ibrâhîmi» (1/123-124).

 

(11) Voir : «Ech-Chihâb» (3/351).

 

(12) Voir : «Âthâr El-Imâm Mohammed El-Bachîr El-Ibrâhîmi» (1/125).

 

 

Source :

 

http://www.ferkous.com

 

Tag(s) : #Dogme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :