Mohammad Ben Jamil Zino (Hafidhahou Allah)

 

  Chère sœur, ne sois pas séduite par l’argent, le rang social ou la beauté, mais choisi plutôt l’homme de foi conformément à ce qu’a dit le messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم): « S’il se présente à vous celui qui vous a plu par sa moralité et sa vertu, mariez-le. Si vous ne le faites, il y aura du trouble sur la terre et un horrible ravage. »

[Hadith assez bon, At-Tirmidhi et autres]

Si ton mari vertueux t’aime , il te soutiendra dans tes affaires religieuses et matérielles. S’il ne t’aime pas, il n’ira pas jusqu’à te haïr, te léser ou te mépriser. Il agira conformément à ce qu’a dit le prophète (صلى الله عليه وسلم): « Qu’un croyant ne déteste pas une croyante. Si l’un de ses cotés lui déplait, elle lui plaira par un autre. » [Rapporté par Mouslim]

Le mari vertueux t’aide à inculquer à tes enfants l’éducation islamique pure. L’Islam sera la référence principale pour votre vie de couple. La satisfaction de s’en remettre à lui sera mutuelle, ce qui réalisera votre bonheur dans ce monde et dans l’au delà.

Le mari vertueux te porte conseil si tu t’es trompée et te montre la vérité. A l’homme de choisir la femme pieuse attachée à sa religion. Elle protège sa maison et sa famille de tout manquement à la bonne moralité et respecte le droit de son mari sur elle. Le prophète (صلى الله عليه وسلم)a dit : « On épouse une femme pour quatre raisons : pour son argent, pour sa classe sociale, pour sa beauté et pour sa religion ; choisis plutôt celle qui est pieuse. »

[Al Boukhari et Mouslim]

La Sounna du prophète (صلى الله عليه وسلم) concernant la vie du couple montre qu’il faut tenir compte du fond et non de la forme. Le prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : « Certes Allah ne regarde pas vos visages et vos corps, mais il regarde vos cœurs et vos actes. »

[Rapporté par Mouslim]

------------------------

La liberté de la femme [qui veut se marier] dans le choix de son mari :



L’Islam a valorisé la femme en lui donnant le droit de choisir son mari. Il a respecté sa volonté sachant que sa décision est cruciale pour sa vie et son avenir.

Aïcha [qu'Allah soit satisfait d'elle] à demandé au prophète (صلى الله عليه وسلم):


« La fille que sa famille veut marier, doit-on avoir son consentement ou non ?
- On ne la marie qu’après son consentement, répondit le prophète
- Elle est pudique, lui dit Aicha [qu'Allah soit satisfait d'elle].
- " Son consentement consiste donc dans son silence, dit le prophète " » [Al Boukhari]

 

------------------------

Concernant le fait de regarder la prétendante quant elle ne s'y attend pas et sans le lui annoncer au préalable

 

  حدثنا ‏ ‏مسدد ‏ ‏حدثنا ‏ ‏عبد الواحد بن زياد ‏ ‏حدثنا ‏ ‏محمد بن إسحق ‏ ‏عن ‏ ‏داود بن حصين ‏ ‏عن ‏ ‏واقد بن عبد الرحمن يعني ابن سعد بن معاذ ‏ ‏عن ‏ ‏جابر بن عبد الله ‏ ‏قال ‏قال رسول الله ‏ ‏صلى الله عليه وسلم


إذا خطب أحدكم المرأة فإن استطاع أن ينظر إلى ما ‏ ‏يدعوه ‏ ‏إلى نكاحها فليفعل ‏


قال فخطبت ‏ ‏جارية ‏ ‏فكنت أتخبأ لها حتى رأيت منها ما ‏ ‏دعاني ‏ ‏إلى نكاحها وتزوجها فتزوجتها

رواه أحمد وابن ماجه


 

  Selon Djâbir ibn ‘Abdi Allah (radia Allah 'anhou)a dit que le messager d’Allah (‏صلى الله عليه وسلم) a dit :


Si l’un d'entre vous propose le mariage à une femme, et qu’il peut regarder ce qui va l'encourager à l'épouser, qu’il le fasse »

Dans ce même hadith Djabir IbdiAllah ajoute qu'il s'est caché pour voir de sa "pretendante" ce qu'il a encouragé au mariage:

Djabir ibn Abd Allah  a dit: « Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Si l’un d'entre vous propose le mariage à une femme, et qu’il peut regarder ce qui va l'encourager à l'épouser, qu’il le fasse ». Il dit :


« Par la suite, j’ai demandé la main d’une femme et me suis caché de façon à pouvoir l’observer et j’ai vu en elle ce qui m’a poussé à l’épouser et je l’ai effectivement épousée ». Une autre version dit : «


Une fille des Bani Salama... Je me suis caché sous le Karb et j’ai pu voir en elle ce qui m’a poussé à l’épouser et je l’ai effectivement épousée.


(Sahih d’Abou Daoud, n° 1832 et 1834).
 

فليفعل ‏‏: الأمر للإباحة بقرينة حديث أبي حميد " إذا خطب أحدكم امرأة فلا جناح عليه أن ينظر منها " الحديث رواه أحمد , وحديث محمد بن مسلمة قال سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : " إذا ألقى الله عز وجل في قلب امرئ خطبة امرأة فلا بأس أن ينظر إليها " رواه أحمد وابن ماجه . قال النووي : فيه استحباب النظر إلى من يريد تزوجها وهو مذهبنا ومذهب مالك وأبي حنيفة وسائر الكوفيين وأحمد وجماهير العلماء . وحكى القاضي عن قوم كراهته , وهذا خطأ مخالف لصريح هذا الحديث ومخالف لإجماع الأمة على جواز النظر للحاجة عند البيع والشرى والشهادة ونحوها ثم إنه إنما يباح له النظر إلى وجهها وكفيها فقط لأنهما ليسا بعورة ولأنه يستدل بالوجه على الجمال أو ضده وبالكفين على خصوبة البدن أو عدمها هذا مذهبنا ومذهب الأكثرين . وقال الأوزاعي : ينظر إلى مواضع اللحم . وقال داود : ينظر إلى جميع بدنها وهذا خطأ ظاهر منابذ لأصول السنة والإجماع , ثم مذهبنا ومذهب مالك وأحمد والجمهور أنه لا يشترط في جواز هذا النظر رضاها , بل له ذلك في غفلتها ومن غير تقدم إعلام , لكن قال مالك أكره النظر في غفلتها مخافة من وقوع نظره على عورة . وعن مالك رواية ضعيفة أنه لا ينظر إليها إلا بإذنها وهذا ضعيف , لأن النبي صلى الله عليه وسلم قد أذن في ذلك مطلقا ولم يشترط استئذانها , ولأنها تستحيي غالبا من الإذن , ولأن في ذلك تغريرا فربما رآها فلم تعجبه فيتركها فتنكسر وتتأذى , ولهذا قال أصحابنا : يستحب أن يكون نظره إليها قبل الخطبة حتى إن كرهها تركها من غير إيذاء بخلاف ما إذا تركها بعد الخطبة والله أعلم انتهى .



« qu’il le fasse » :

 

Il s’agit d’un impératif (ordre) en comparaison avec le hadith d’Abi Ahmad qui dit : «Si l’un d'entre vous propose le mariage à une femme, alors il n’y a aucun mal à ce qu’il la regarde » (hadith rapporté par Ahmad)

Et le hadith de Muhammad Ibn Salama qui dit : j’ai entendu le messager d’Allah dire :

« Si Allah ‘aza oua djal dépose dans le cœur d’un homme l’envie de proposer le mariage à une femme, alors il n’y a aucun mal à ce qu’il la regarde »

 

(rapporté par Ahmad et Ibn Majah).

  An-Nawawî a dit :

« il y a dans cela une recommandation [ce n’est pas une obligation] pour celui qui souhaite se marier avec la femme et ceci est notre Madhab [école de pensée], celui de Malik (l’imam), d’Abou Hanîfa, et celui de tous les autres ‘koufiyanes’ celui d’Ahmad et la majorité des savants.

Certains racontent qu’Al Qâdî déteste ce fait (regarder la femme), mais c’est une erreur en contradiction avec la clarté du hadith et en contradiction avec le Consensus (majorité des savants) sur l’autorisation de pouvoir regarder si le besoin est dans la vente et l’achat, dans le témoignage et autres… Ensuite, il est effectivement autorisé de regarder le visage de la femme et ses mains uniquement parce qu’elles ne font pas parti des parties du corps qui ne peut être dévoilé [‘awra] et parce le visage indiquera au prétendant la beauté de femme ou non et les mains, elles lui indiqueront la "corpulence" ou la maigreur du corps… ceci est donc notre madhab et celui de la majorité des autres écoles de pensée.

Al Awza’y dit :

« Il (le prétendent) regarde aux endroits ou on observer la peau ». Daoud a dit : « Il regarde tout son corps en générale » et cela est visiblement une erreur en contradiction avec les fondements de la Sounna et ceux du Consensus. De ce fait, notre madhab et celui de Malik, Ahmad et la majorité des savants [Al jamhour] qu’il n’est pas nécessaire de demander l’avis de la femme et avoir son consentement pour la regarder, il peut le faire quand elle ne s'y attend pas et sans le lui annoncer au préalable.

Cependant, Malik a dit qu'il "déteste" ("Akrah") que la personne regarde la femme dans un moment où elle ne s'y attend pas de peur que l'on voit quelque chose de la 'awra. De même qu’il existe une version faible rapporté par Malik qui n’autorise pas le prétendant à regarder la femme sans son avis mais elle n’est pas authentique car le prophète (صلى الله عليه وسلم) a autorisé le regard sans conditions et sans l’avis de la femme comme il s’avère, en générale, que sa timidité l’empêche de répondre à la demande tout en gardant une certaine importance. En allant lui demander son avis, il se peut que la femme ne lui plaise pas et qu’ensuite il renonce (à y aller), ce qui peut par la suite, la contrarier et l’affecter.

C’est pour cela, que nos compagnons (la majorité) ont dit qu’il est recommandé d’aller la regarder avant de lui proposer le mariage car même si la femme ne plait pas au prétendent, cela ne risque pas de l’affecter ce qui n’est pas le cas si le prétendent fait sa demande et ne conclu pas le mariage et Allah sait mieux. [Fin des paroles d'Al Awza’y]


Source :

- Ministère des Affaires Islamiques, des Waqfs, de l’Appel et de l’Orientation -


Traduction rapprochée Ibn Hamza


Source :

http://alghourabaa.free.fr

Tag(s) : #Mariage - divorce
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :