Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Jabir (qu'Allah l'agrée), Abdallah Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) est rentré dans la mosquée alors que le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) faisait la khotba (1).


Il s'est assis à côté de Oubay Ibn Ka'b (qu'Allah l'agrée) et l'a interrogé sur une chose ou lui a parlé sur quelque chose mais Oubay (qu'Allah l'agrée) ne lui a pas répondu.


Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) a pensé qu'il était énervé.


Lorsque le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a terminé sa prière, Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) a dit: Ô Oubay ! Qu'est ce qui t'a empêché de me répondre ?


Il a dit: Certes tu n'as pas assisté avec nous à la prière du jumu'a.


Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) a dit: Pourquoi?


Il a dit: Tu as parlé alors que le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) faisait la khotba.


Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) se leva et se rendit auprès du Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) et il lui a mentionné cela.


Alors le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Oubay a dit vrai, Oubay a dit vrai, obéis à Oubay (2) »


(Rapporté par Abou Ya'la et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°719)

(1) c'est à dire le sermon du vendredi.

(2) c'est à dire que celui qui parle alors que l'imam fait son sermon le vendredi, il a alors annulé sa récompense, mais sa prière du vendredi est valable.

 

 

Source :

 

http://www.hadithdujour.com/

Tag(s) : #Rappels
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :