1. Il est obligatoire au malade de prier debout même si c’est en étant courbé ou en s’appuyant sur le mur ou un bâton si il a besoin de cet appui.

 

 

2. Si il ne peut pas rester debout alors il prie assit, et le meilleur est qu’il se mette en position de « tarabbu’ » qui est de s’asseoir avec le postérieur sur le pied gauche et de lever son pied droit sur les orteils pendant la position debout (c.à.d quand il récite) et l’inclinaison (ar-roukou’).

 

3. Si il ne peut pas prier assit alors il prie allongé sur le côté faisant face à la Qiblah de préférence du côté droit. Si il ne peut pas se mettre face à la Qiblah alors il prie quel que soit la direction dans laquelle il fait face et sa prière est juste et il n’a pas à la rerfaire.

 

4. Si il ne peut pas prier allongé sur le côté alors il prie allongé sur le dos avec ses pieds en direction de la Qiblah et le mieux est qu’il lève un peu sa tête afin de faire face à la Qiblah. Si il ne peut pas diriger ses pieds en direction de la Qiblah, alors il prie quelque soit sa position et il n’a pas à la refaire.

 

5. Il est obligatoire au malade de s’incliner et de se prosterner pendant sa prière. Si il ne peut pas il fait des mouvements de la tête pour l’inclnaison et la prosternation en faisant sorte que la prosternation soit plus basse que l’inclinaison. Si il est capable de faire l’inclinaison mais pas la prosternation alors il s’incline normalement pendant le moment de l’inclinaison et fait un mouvement de la tête au moment de la prosternation.

 

Et dans le sens contraire, si il est capable de se prosterner mais pas s’incliner, alors il se prosterne au moment de la proternation et fait un mouvement de la tête au moment de l’inclinaison.


6. Si il ne peut pas faire des mouvements de la tête au moment de l’inclinaison et la prosternation, alors il fait des signes avec ses yeux, en les baissant pour l’inclinaison et d’avantage pour la prosternation. Quant au faite d’indiquer du doigt comme le font certains malades ce n’est pas correcte et je ne connais aucune base à cela dans le Qur’an ni la Sunnah ni les paroles des gens de science.

 

7. Si il ne peut pas faire des mouvements de la tête ni des signes avec les yeux, il fait sa prière dans son coeur, il fait l’intention de at-takbir (le faite de dire  » Allahu akbar), la lecture, l’inclinaison, la prosternation, la position debout, la position assise etc… (c.à.d il s’imagine en faisant les actes de la prière)

 

8. Il est obligatoire au malade de faire la prière à son heure et tout ce qu’il peut parmis les actes obligatoire de la prière. Si il lui est difficile de faire chaque prière à son heure alors il peut regrouper la prière du Dhuhr (midi) avec celle de Al ‘Asr (après midi) ou la prière du Maghrib (coucher du soleil) avec celle de Al ‘Icha (la nuit) soit en regroupant les deux prières dans l’heure de la première (c’est à dire en regroupant la prière du Dhur et Asr dans l’heure du Dhur et Maghrib et ‘Icha dans l’heure du maghrib) soit dans l’heure de la deuxième (c’est à dire en regroupant Dhuhr et ‘Asr dans l’heure du ‘Asr et Maghrib et ‘Icha dans l’heure de la ‘Icha), il choisit ce qui est le plus simple pour lui. Par contre la prière du Fajr (matin) se prie à son heure, elle ne se regroupe ni avec la prière avant elle ni avec celle d’après.

 

9. Si le malade est voyageur en se faisant soigner dans un autre pays, il raccourci les prières qui ont Quatres Raka’ates (unité de prière), donc il prie Dhur, Asr et ‘Icha en deux unités de prière et cela jusqu’a ce qu’il retourne dans son pays quel que soit la durée de son séjour, longue soit-elle ou courte.

 

Tiré du livre: « Comment le malade prie et se purifie t’il? » de Cheikh Muhammad ibn Salih Al Uthaymine


Traduit par Abu hanif pour le site les Nobles Caractères

 

 

Source :

 

 

http://les-nobles-caracteres.com/

 

Tag(s) : #Prière
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :