Ecoutez le Cheikh

 

Question :


Quel est votre avis sur le fait d’ouvrir une clinique pour pratiquer la roqiya ? Cela est-il permis ou interdit ?


Réponse :


Cela n’est pas permis. Nos macha-ikh [1] ont même dit que cela faisait partie des innovations de notre époque. Ouvrir un centre spécialisé dans le traitement par le Coran ne fait pas partie de la voie qu’ont emprunté nos pieux prédécesseurs.


Et même s’il n’ouvre pas de clinique mais qu’il gagne son argent en passant son temps à réciter le Coran sur des malades, cela est également une chose blâmable. Avec tout ce que cela contient comme contradiction avec la législation à ce sujet, cela ouvre également une porte au mal.

 

Cela mène à la corruption de l’intention ainsi qu’à la propagation des devins et des charlatans.


En effet, les gens ne font pas la différence entre un devin et un étudiant en science. Tous prétendent pratiquer la roqiya et soigner par le Coran, car même le devin prétend cela.

 

Donc comment les gens du commun peuvent faire la différence ? C’est pour cela qu’il faut interdire ce genre de choses afin d’éviter ce mal.


Alors comment les gens peuvent profiter du Coran  alors qu’ils ne savent pas pratiquer la roqiya avec ?


La solution est que plusieurs frères se portent volontaires pour la pratiquer sans qu’une personne particulière se charge constamment de cela.


Par exemple si des gens viennent le voir, il leur lire le Coran et s’ils reviennent, il les renvoie vers un autre frère qui s’en chargera même si cela doit se faire dans une autre ville. Il faut donc agir ainsi afin que personne ne tombe face à cette tentation car les cœurs sont faibles et


« La tentation de ma communauté est l’argent. »


Fin de la réponse de Cheikh Abdullah Al Adani


Traduit et publié par daralhadith-sh.com

 

 

[1] Pluriel de Cheikh.

Tag(s) : #Dossier rouqya
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :