La « Charî’a » : Ses principes, ses caractéristiques et ses finalités.

Premier sujet: la nécessité  des lois divines pour les humains et les différences entre celles-ci :


Premièrement : Le besoin de l’humanité des législations divines :


L’Homme étant incapable de discerner son intérêt réel dans ses affaires, ALLAH (le très haut) a voulu par Sa sagesse révéler des lois pour éclairer les personnes  sur leurs intérêts,  déterminer leurs relations avec leur créateur, et régir leurs affaires. D’autant plus qu’il réside de nombreuses différences de compréhension et de capacités entre les Hommes.


Si l’humain a nécessairement besoin des lois divines, alors sa nécessité pour la loi islamique est encore plus grande, car elle est universelle : elle s’adresse à toutes les personnes, en tous temps et tous  lieux, de ce qu’elle  possède comme attributs de perfection, d’excellence et d’intégralité, et d’autres spécificités que nous expliquerons par la suite.


Deuxièmement: la différence entre les lois divines :


Les législations prophétiques se sont différenciées pour des causes et intérêts divers et multiples, car ce qui est pris en compte dans la législation c’est la situation  des communautés, leurs coutumes, leur capacité de compréhension selon leurs acquis et ce qui peut convenir à leur raison, ALLAH (le très haut)  dit :


{A chacun de vous Nous avons assigné une législation et une voie à suivre.} [La table servie – 48].


Bien que les lois divines diffèrent dans le temps et soient nombreuses, elles sont unies quant à leur source qui est ALLAH (le très haut), et unies quant  à leur appel à vouer un culte monothéiste exclusif à ALLAH (le très haut) et Le purifier de tout manquement, ALLAH (le très haut) dit :


{Et Nous n’avons envoyé avant toi aucun Messager à qui Nous n’ayons révélé: «Point de divinité en dehors de Moi. Adorez-Moi donc».} [Les prophètes – 25].


Il dit aussi :


{Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire]: «Adorez ALLAH et écartez-vous du Tâghût»} [Les abeilles – 36].

 
ALLAH (le très haut) dit à son prophète :

 
{Dis: «O gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous: que nous n’adorions qu’ALLAH, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors d’ALLAH». Puis, s’ils tournent le dos, dites: «Soyez témoins que nous, nous sommes soumis».} [La famille d’Imrân – 64].



Deuxième sujet: la définition de « charî’a » et sa différence avec la jurisprudence « fiqh » :


Premièrement : La législation « chari’a » :


Sens étymologique : la doctrine et le droit chemin.


Sens terminologique : Toutes les lois qu’ALLAH (le très haut) a révélées, c’est-à-dire toute la religion.


ALLAH (le très haut) dit :


{Il vous a légiféré en matière de religion ce qu’Il avait enjoint à Noûh, ce que Nous t’avons révélé, ainsi que ce que Nous avons enjoint à Ibrâhîm, à Moûssâ et à ‘Issâ: «Etablissez la religion; et n’en faites pas un sujet de divisions». Ce à quoi tu appelles les associateurs, leur paraît énorme. ALLAH élit et rapproche de Lui qui Il veut et guide vers Lui celui qui se repent.} [La concertation – 13].


Le terme « charî’a » est employé en référence à sa droiture et son absence de déviance. La législation islamique est par définition  l’ensemble des lois qu’Allah a révélées pour ses serviteurs par la langue du prophète Mouhammad (Sur lui les louanges et les salutations d’ALLAH).

ALLAH (le très haut) dit :

{Puis Nous t’avons mis sur la voie de l’Ordre [une religion claire et parfaite]. Suis-la donc et ne suis pas les passions de ceux qui ne savent pas.} [L’agenouillée – 18].


Les lois islamiques se divisent en trois catégories :


a- Les règles dogmatiques : Ce sont celles qui sont liées à l’entité d’ALLAH (le très haut), Ses attributs et la croyance aux anges, aux livres, aux prophètes, au jour du jugement dernier et au destin.


b- Les règles éthiques : Ce sont celles liées aux vertus mères, comme la véracité, la loyauté, la patience, l’honnêteté …


c- Les règles liées aux actes :


C’est le sens précis qu’a la « charî’a », aujourd’hui. Ce sont les règles liées aux actes de la personne. Elles forment deux catégories :


Les adorations envers ALLAH (le très haut)  et les relations ou transactions entre les personnes.


- Les adorations :


Ce sont les actes de dévotions en vue de se rapprocher d’ALLAH (le très haut)  seul, comme la « Salât », le jeûne …

- Les relations ou transactions :


Ce sont les règles qui régissent les relations humaines avec lesquelles on cherche un intérêt mondain ou les relations avec l’individu et la société, comme l’achat, la vente, l’association,  l’hypothèque …


Deuxièmement: Définition de la jurisprudence (Fiqh):


Sens étymologique : La compréhension et la connaissance d’une chose.


Sens terminologique : Dans les premiers siècles, cela voulait dire : Ce que les jurisconsultes (savants de l’Islam) ont extrait des règles de la « charî’a » (que ce soit dans la croyance, le comportement ou les règles liées aux actes), puis quand la matière scientifique islamique s’est différenciée, la jurisprudence a pris un sens plus précis : Les règles que les jurisconsultes ont extrait de la « charî’a » en ce qui concerne les actes seuls.


ALLAH (le très haut) dit :


{Les croyants n’ont pas à quitter tous leurs foyers. Pourquoi de chaque clan, quelques hommes ne viendraient-ils pas s’instruire dans la religion, pour pouvoir à leur retour, avertir leur peuple afin qu’ils soient sur leur garde.} [Le repentir – 122].


Comme nous l’avons vu précédemment, le terme « chari’a » englobe l’ensemble des lois divines révélées par ALLAH (le très haut) sur son prophète Mouhammad (Sur lui les louanges et les salutations d’ALLAH), alors que le terme « fiqh » signifie l’ensemble des lois extraites et expliquées par les savants de l’islam (jurisconsultes).


De ce fait, il existe des divergences dans le « fiqh » selon les interprétations faites par les savants. Celui qui atteint la vérité, après ses efforts de déductions et d’interprétations, sera en conformité avec la « charî’a » et celui qui faillit dans ses interprétations ne sera pas en conformité avec la « charî’a » bien qu’il reste dans le cadre du « fiqh ».


On peut donc trouver des erreurs dans l’effort d’interprétation des savants et les règles de jurisprudence, alors qu’il n’y a aucune erreur dans la « charî’a » car c’est la loi d’ALLAH (le très haut)  révélée.


Troisième sujet : Les spécificités de la législation islamique


La législation islamique se différencie par des spécificités qui l’élèvent au plus haut degré de grandeur et de perfection. Aucune loi humaine ne peut s’élever à ces degrés.


Parmi ses spécificités :


1- Elle est de source et d’objectif divin :


Cela veut dire que sa provenance et sa source n’est autre qu’ALLAH (le très haut), et ses lois ont pour objectif de lier les gens à leur créateur, ainsi que de chercher sa satisfaction. Compte tenu de cela, il est obligatoire d’agir selon les exigences des lois divines.


ALLAH (le très haut) dit :


{Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’ALLAH et Son Messager ont décidé d’une chose, d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. Et quiconque désobéit à ALLAH et à Son Messager, s’est égaré certes, d’un égarement évident.} [Les coalisés – 36].


Il dit aussi :


{Non!… Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle gêne pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]. } [Les femmes – 65].


Découle de cette spécificité :


1- Elle est dénuée de toute imperfection car celui qui l’a légiféré n’est autre qu’ALLAH (le très haut) qui détient tous les attributs de perfection absolue, de beauté et de magnificence.


2- Elle est préservée de toute injustice car elle est basée sur la justice d’ALLAH (le très haut).


3- La sacralisation de ses règles chez le croyant et le respect révérenciel envers cette loi divine.


2- La rétribution d’ici-bas et de l’au-delà


Les lois humaines punissent ceux qui les transgressent en ce bas-monde seulement, alors que la législation islamique prévoit une punition en ce monde et dans l’au-delà pour ceux qui enfreignent ses règles. Il en est de même pour la récompense.

ALLAH (le très haut) dit :

{Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes (dans l’au-delà), en fonction des meilleures de leurs actions.} [Les abeilles – 97].


3- La justice et la facilité :


Nous témoignons de la justice d’ALLAH (le très haut) à travers ses actes, ses ordres, sa législation et sa rétribution. Les manifestations de sa justice sont très nombreuses dans ce qu’Il nous a légiféré.


Premièrement, ALLAH (le très haut) ne juge pas une personne sur son incapacité d’effectuer une chose, plus que cela, Il ne la rend pas responsable de l’accomplir.


ALLAH (le très haut) dit :


{ALLAH n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. Elle sera récompensée du bien qu’elle aura fait, punie du mal qu’elle aura fait. Seigneur, ne nous châtie pas s’il nous arrive d’oublier ou de commettre une erreur. Seigneur! Ne nous charge pas d’un fardeau lourd comme tu as chargé ceux  qui vécurent avant nous. Seigneur! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter.} [La vache – 286].


Les lois d’ALLAH sont basées sur la facilité et l’aisance :


ALLAH (le très haut) dit :


{ALLAH veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté} [La vache – 185].


Il dit aussi:


{ALLAH  ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait.} [La table servie -6].


«  Chaque fois que Le Messager d’ALLAH (Sur lui les louanges et les salutations d’ALLAH) avait le choix  entre deux choses, il optait pour la plus facile, tant qu’il ne s’agissait pas d’un péché. Mais si elle portait sur un péché, il en était alors le plus éloigné. » (Rapporté par Mouslim).


Comme exemple de la justice parfaite d’ALLAH, le fait qu’Il ne charge pas les enfants de responsabilités religieuses ou civiles tant qu’ils n’ont pas atteint la raison, de même qu’un fou n’est chargé d’aucune responsabilité.


Le prophète Mouhammad (Sur lui les louanges et les salutations d’ALLAH) a dit: « La plume est levée pour trois personnes : Le dormeur jusqu’à qu’il se réveille, l’enfant jusqu’à qu’il atteigne la puberté et le fou jusqu’à qu’il retrouve sa raison. » (Rapporté par Ibn Mâjah – Sahîh).


De même qu’ALLAH (le très haut) pardonne à celui qui commet une faute sans le vouloir, par contrainte ou par oubli de l’interdiction.


Le prophète Mouhammad (Sur lui les louanges et les salutations d’ALLAH) a dit: « Certes ALLAH a pardonné à ma communauté les erreurs, l’oubli et ce qu’ils ont commis sous la contrainte. » (Rapporté par Ibn Mâjah – Sahîh).


4- L’équilibre entre l’intérêt individuel et collectif :


La législation islamique à la différence des lois humaines est équilibrée entre la recherche de l’intérêt de l’individu et du groupe. Elle ne penche pas vers le groupe au détriment de l’individu et ne satisfait pas l’individu au point de mettre en danger l’intérêt général.


5- L’inclusivité (l’universalité et la généralisation de ses règles):



La spécificité de l’inclusivité est reflétée à travers 4 considérations :


Premièrement : A travers tous temps : La législation islamique ne peut être abrogée, reniée et reste immuable quelle que soit l’époque.


Deuxièmement :  En tous lieux: Sans frontières géographiques car c’est la lumière provenant d’ALLAH (le très haut) qui éclaire la terre entière.


Troisièmement: Pour tous les Hommes : La législation islamique s’adresse à l’ensemble des personnes de par ses règles. Elle n’est pas la religion des arabes ou des peuples « indigènes », mais elle est le message d’ALLAH (le très haut) à tous les hommes et toutes les femmes.


ALLAH (le très haut) dit :


{Nous ne t’avons envoyé qu’en tant qu’annonciateur et avertisseur pour toute l’humanité.} [Saba' -28].


Il dit aussi:


{Dis: «Ô Hommes! Je suis pour vous tous le Messager d’ALLAH, à qui appartient la royauté des cieux et de la terre.} [Al A’râf – 158].


Il dit aussi:


{Nous ne t’avons envoyé que comme miséricorde pour l’humanité.} [Les prophètes – 107].


Il dit aussi:


{Exaltée soit la grandeur de Celui qui a fait descendre le livre de discernement sur son serviteur afin qu’il soit un avertisseur pour les mondes.} [Le discernement – 1].


Le Messager d’ALLAH  (Sur lui les louanges et les salutations d’ALLAH) a dit : « Les prophètes (avant moi) ont été envoyé spécifiquement pour leur peuple, alors que moi je suis envoyé pour toutes l’humanité » (Rapporté par Al Boukhâry)


Quatrièmement: Du point de vue des lois : Les lois islamiques régissent l’ensemble des affaires de la vie des Hommes. Elle trace à l’individu le chemin de la foi, lui permet de se structurer, l’accompagne dans toutes les situations et régit sa relation avec son Créateur, avec sa propre personne ainsi qu’avec les autres.


6- Le pragmatisme tendant vers l’idéalisme:


Les règles de la « charî’a » appellent à l’idéal et enjoignent à l’atteindre tout en prenant en considération la nature manquante et parfois pervertie de l’être humain.


Elles sont  donc en cela empreinte d’un idéalisme pragmatique loin de l’utopisme et de l’hypocrisie.


Elles prennent en compte les capacités et les faiblesses de l’humain et ne lui interdisent pas les bonnes choses de la vie d’ici-bas tant qu’elles ne lui sont pas nuisibles.


ALLAH (le très haut) dit :


{Ô les croyants: ne déclarez pas illicites les bonnes choses qu’Allah vous a rendues licites. Et ne transgressez pas. Allah, en vérité, n’aime pas les transgresseurs.} [La table servie – 87]


Le Messager d’ALLAH  (Sur lui les louanges et les salutations d’ALLAH) disait : « Ne soyez pas durs envers vous-même, sinon ALLAH le sera avec vous aussi. Car des gens ont été durs avec eux-mêmes, alors ALLAH leur a rendu les choses difficiles. » (Rapporté par Abou Dâwoûd et dans Sahîh Al Michkât)


7- L’éthique :


La législation islamique n’est pas une loi dénuée de toute morale, mais chaque règle, ne serait-ce que la relation de l’individu avec sa propre personne, est liée étroitement avec l’éthique.


8- Ne se contredit pas :


En effet toutes ses règles et ses lois viennent se compléter et ne se contredisent jamais.


ALLAH (le très haut) dit :


{Ne méditent-ils donc pas sur le Coran? S’il provenait d’un autre qu’ALLAH, ils y trouveraient certes maintes contradictions!} [Les femmes – 82].


Quatrième sujet : Conclusion et résumé des finalités de la « charî’a » :


La « charî’a », qui est la loi d’ALLAH (le très haut) pour ses serviteurs, ne comporte aucune règle sans qu’elle ne soit instituée pour une cause et une sagesse bien précise. Certaines peuvent être claires et d’autres moins, mais ALLAH (le très haut) sait et nous ne savons pas.


En effet les lois divines sont dans l’intérêt de l’être humain, car ALLAH (le très haut) n’a nullement besoin de nos actes d’obéissance.


Que ce soit dans les règles qui régissent la relation de l’individu vis-à-vis de la foi, les règles vis-à-vis de lui-même ou même de la société.


Ainsi il n’y a aucune obligation religieuse sans qu’elle ne comporte du bien pour nous et aucune interdiction sans que cette chose ne soit un mal pour nous.


Nous pouvons déduire, après avoir observé les lois de la « charî’a », et ce par la méthode de l’induction ou de la généralisation, que les règles de la « charî’a » sont établies pour protéger et préserver cinq utilités nécessaires plus que d’autres.


Ces utilités nécessaires sont appelées les finalités nécessaires de la « charî’a », et c’est pour préserver ses finalités que les obligations, les interdits et les peines ont été instituées.


Ces finalités nécessaires sont :


1-    Préserver la religion.

2-    Préserver la vie humaine.

3-    Préserver la raison.

4-    Préserver la filiation et l’honneur

5-    Préserver les biens.


Ecrit par :


Othmân Abou Laïth Al Armany

 

Source :

 

http://www.institutsounnah.com


Tag(s) : #Croyance
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :