Question :

 

On entend souvent les étudiants, notamment dans les facultés universitaires et d’autres établissements scientifiques, dire :

 

"La science a disparu avec les savants anciens, car aujourd’hui personne ne recherche la science pour la science dans les différents établissements scientifiques, sinon pour obtenir uniquement des diplômes ou des biens matériels de ce bas-monde".

 

Quelle réponse pouvons-nous donner à ces gens-là ?

 

Que peut-on dire du fait de réunir les deux objectifs, à savoir rechercher les biens matériels de ce bas-monde et les diplômes d’un côté, et de l’autre, rechercher la science pour servir son propre intérêt et celui de sa communauté tout entière ?

 

Réponse :

 

Ces propos ne sont absolument pas justes, et il ne faut pas tenir des propos pareils, car quiconque dit : "Les gens courent à leur perte" sera le premier perdant d’entre eux.

 

Ce que l’on doit faire, au contraire, c’est plutôt s’y appliquer avec patience et persévérance.

 

De même, on doit avoir confiance aux savants, sauf preuve du contraire.

 

A ce propos, on rapporte que lorsque ibn Jabal, qu’Allah soit satisfait de lui, vit qu’il allait mourir, il donna le conseil à ses proches d’être en quête de savoir, en ces termes :

 

"La science et la foi sont dans leurs sources bien connues, quiconque les recherche, les trouvera".

 

Ces deux sources sont évidemment le Livre d’Allah et la Sunna de Son prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam.

 

Mais lorsqu’un savant meurt, son savoir s’enterre avec lui, sauf ce qu’il a laissé sur papiers.

 

De même, la science s’en va lorsque les savants disparaissent.

 

Toutefois, il y aura toujours un groupe de croyants attachés fermement et triomphalement, louange à Allah, à la voie de la vérité.

 

C’est pour cette raison que le prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit :

 

"Allah n’enlève pas la science en l’extorquant de Ses serviteurs, Il la reprend par la mort des savants.


C’est pourquoi, quand Il n’en aura laissé aucun, les gens vont se laisser gouverner par des ignorants qui seront interrogés et prononceront des fatwas sans science : Ils s’égareront et égareront les autres."


(Rapporté par al Bukharî)

 

C’est justement cela qu’il faut craindre.

 

Il faut absolument se garder du fait que des ignorants se chargent de l’iftâ’ et de l’enseignement, car ceux-là s’égareront alors et égareront les gens.

 

Quant au fait de dire : "La science a disparu et il ne nous reste plus que telle et telle chose", ce genre de propos risque certainement de décourager un certain nombre de personnes dans la société.

 

Mais il n’aura pas d’effet négatif sur tout homme clairvoyant et avisé, qui s’en servira, au contraire, de moteur pour accélérer le rythme de sa quête de savoir afin de pouvoir aussitôt que possible combler les vides dans ce domaine.

 

En effet, tout homme doué d’intelligence, sincère, véridique et clairvoyant ne sera point découragé ou démoralisé par ces propos.

 

Bien au contraire, il s’appliquera davantage dans sa voie de recherche scientifique avec plus de zèle et de persévérance en raison du grand besoin de science dans sa communauté, et afin d’y combler les vides prétendus par les détenteurs de ces propos : "Il ne reste plus de savants".

 

En fait, même si nous admettons que la situation de la science s’est dégradée dans la communauté musulmane tout entière et que la plupart des grands savants ont quitté notre monde terrestre, il reste toujours , grâce à Allah , un groupe triomphant dans la voie de la vérité  comme en témoigne cette parole du prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam :

 

"Un groupe de ma communauté s’attachera toujours fermement et triomphalement à notre religion de vérité , en dépit de toute trahison ou opposition , jusqu’au Jour de la Résurrection ."


(Rapporté par Muslim 1290)

 

Il est donc de notre devoir de nous appliquer dans la voie de la recherche scientifique et de stimuler les gens à en faire autant.

 

Nous devons aussi porter un grand intérêt au fait de combler les vides dans la société et d’assumer pleinement notre responsabilité vis à vis de notre pays et de la communauté musulmane dans son ensemble.

 

Les preuves authentiques nous exhortent à nous y prendre, et le souci de servir nos frères musulmans et de les aider à s’instruire nous y pousse.

 

Nous devons également encourager les gens à la sincérité et à la persévérance dans leur quête de la science.

 

Par ailleurs quiconque cherche à obtenir un diplôme afin de pouvoir transmettre la science et appeler les gens à faire le bien, son intention est tout à fait louable, Idem pour celui qui cherche les biens matériels pour s’armer davantage.

 

Il est méritoire qu’il continue ses études pour élargir ses connaissances et obtenir le diplôme recherché, qui l’aidera à transmettre son savoir et à en faire profiter les gens.

 

Il n’y a pas de mal, non plus, à ce qu’il touche un salaire qui l’aidera dans l’accomplissement de sa mission de prédicateur, car si ce n’était avec la grâce d’Allah, puis avec l’aide de l’argent, beaucoup de gens seraient dans l’impossibilité d’apprendre et transmettre le message de la religion.

 

L’argent aide certainement le musulman à poursuivre ses études et à approfondir ses connaissances, à subvenir à ses besoins et à transmettre le savoir aux autres.

 

Lorsque le prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam chargea ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, de certaines responsabilités, il lui donna une certaine somme d’argent pour pouvoir mener sa tâche à bon port.

 

"‘Umar lui dit : Donne là à un homme plus pauvre que moi !


Le prophète sallallahu’alayhi wa sallam répondit alors : Prends-la pour toi même ou donne la en aumône. Et si une somme de la sorte te revient sans la demander et par une voie sur laquelle tu ne comptais pas, alors prends-la. Et garde-toi de demander quoi que ce soit"


(Rapporté par Al Bukhârî et Muslim)

 

Le prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a fait largesse à ceux dont les coeurs étaient à gagner à l’Islam et a pu éveiller en eux le désir d’embrasser cette religion d’Allah en masses.

 

Si cela n’était pas permis, le prophète ne leur aurait rien accordé.

 

En fait, il leur a donné avant et après la reconquête de la Mecque.

 

Et le jour même de cette victoire, il distribua des chameaux à des centaines de personnes.

 

En effet, il avait l’habitude de donner comme donne une personne qui ne craint point la pauvreté, surtout lorsqu’il s’agissait d’inciter les non-musulmans à entrer dans cette religion de vérité.

 

Par ailleurs, Allah le Très Haut a assigné à ceux dont les coeurs sont à gagner à l’Islam un droit à la Zakât (aumône rituelle).

 

Ils ont donc droit à une part que verse la trésorerie publique de l’état musulman au même titre que les enseignants et les juges, etc. Allah est le Seul Garant de la réussite.

 

(Source : Shaykh Ibn Bâz rahimahu Allah Revue des recherches Islamiques 47 page 157)

copié de dawud69sahih.wordpress.com


Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz

 

 

Source :

 

http://3ilm.char3i.over-blog.com/


Tag(s) : #La Science
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :