Abû Hurayrah, radiallahu anhu, rapporte qu'un homme insulta Abû Bakr, radiallahu anhu, en présence du Prophète Salla'Allahu alayhi wa sallam, qui était assis. Celui-ci se mit à sourire et à se réjouir.

 

Mais lorsque l'homme excéda Abû Bakr par ses propos injurieux, ce dernier répondit à certaines de ses insultes.

Le Prophète Salla'Allahu alayhi wa sallam, se mit en colère et se leva. Abû Bak s'empressa de le rejoindre et lui dit :


« Ô Messager d'Allah ! Cet homme m'insultait alors que tu étais assis.

Lorsque j'ai répondu à certains de ses propos, tu t'es courroucé et tu t'es
levé ! »


Le Prophète Salla'Allahu alayhi wa sallam, répondit : « Il y avait un ange  qui répondait à ta place, mais lorsque tu t'es mis à répondre à certaines injures, Satan fit son apparition. Or il ne me convient pas d'être assis avec Satan. »
 
Le Prophète Salla'Allahu alayhi wa sallam, dit ensuite : « Ô Abû Bakr ! Trois choses ne sont que vérité : Aucun opprimé ne se retient de répondre à l'injustice qui lui est faite en cherchant par là la satisfaction d'Allah sans qu'Allah ne lui fasse justice. Aucun homme ne dépense de ses biens dans le but de renforcer un lien sans qu'Allah ne décuple ses richesses.

 

Et aucun homme ne se permet de mendier dans le but de s'enrichir sans qu'Allah
n'accroisse sa pauvreté. »
 
 
Rapporté par Ahmad, (vol. 2 p. 436), Abû Dâwûd, rahimallah, (n° 4896-4897) et authentifié par Al-Albânî, rahimallah, dans As-Sahîhah (n°2231)

 

 

Tag(s) : #Rappels
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :