Question :

 

Honorable père, le monde musulman connait aujourd’hui deux problèmes majeurs qui ont des incidences sociales dangereuses, ce sont: Le problème du mariage tardif et celui du divorce. S’agissant du mariage tardif, les statistiques dans le monde musulman montrent une évolution constante, d’année en année, du nombre des célibataires, hommes ou femmes.

 

Ce célibat est lié aux problèmes économiques et à diverses autres raisons. Le nombre de divorcés prend aussi des proportions alarmantes à tel point [1] qu’il a été enregistré dans un des grands pays musulmans, une augmentation de deux millions de divorcés (es) dans une seule année.

 

 

Réponse :

 

En réalité, le problème ne réside ni dans le mariage ni dans le divorce mais dans l’ignorance des gens, la colère excessive des uns et le manque de patience des autres. L’obligation incombe aux hommes de prendre l’initiative du mariage si les moyens le permettent puis aux parents de ne pas élever les dots et de ne pas être excessif dans les festivités afin que les mariages se multiplient.

 

Mais l’ignorance et la cupidité de certains ont fait que les montants de la dot et les sommes dépensées dans les fêtes, se sont élevés, à l’exception de quelques personnes qu’Allah a préservées. Voilà ce qui est la cause de la diminution du nombre de mariages car les gens n’ont pas tous les moyens de faire face à ces dépenses.

 

L’obligation incombe alors à tous les croyants de s’entraider dans ce domaine, de faire preuve de clémence et de ne pas exagérer dans les fêtes afin que se multiplient les mariages, diminue le nombre des célibataires et celui des vieilles filles. Voilà ce qui incombe à tous de faire. Il est aussi important aux hommes de ne pas s’empresser de divorcer.

 

Il appartient aux hommes de cohabiter avec leurs épouses avec bienséance, de faire preuve de belle conduite envers elles, de ne pas spolier leurs droits comme il convient à la femme de se montrer humble envers son mari, de lui obéir, de ne pas lui porter préjudice, de se conduire avec douceur et lui tenir de bons propos pour ne pas provoquer sa colère et le pousser au divorce.

 

Il a été confirmé que le Messager d’Allah [1] ( ) a dit: « Ô jeunes gens! Quiconque parmi vous possède la capacité physique et les moyens financiers nécessaires au mariage, qu’il se met en ménage. Certes, le mariage contraint les regards lascifs et préserve la chasteté. Quant à celui qui n’en possède pas les moyens, qu’il jeûne, car le jeûne le protégera contre la tentation ». Approuvé par Al-Bokhârî et Moslim.

 

Il est recommandé au mari de craindre Allah, Exalté soit-Il, de faire preuve de patience et de ne pas recourir facilement au divorce. Il faut essayer de régler les différends avec sagesse, par la bonne parole et de la meilleure manière; il ne convient pas d’être injuste envers la femme.

 

Il est également recommandé à la femme de craindre Allah, de ne pas pousser son époux au divorce et qu’il lui revient d’accomplir son devoir vis-à-vis de son mari puis de vivre ensemble dans la bienséance comme Allah, Exalté soit-Il, le dit: {Et comportez-vous convenablement envers elles}[2].

 

Allah, Gloire et Pureté à lui, a dit aussi: {Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles}[3].

 

Il convient à l’époux et à l’épouse de faire montre de patience et d’endurance dans toutes les situations comme Allah, Exalté soit-Il, l’a dit: {et les endurants auront leur pleine récompense sans compter}[4]. Il est indispensable de faire preuve de patience et de s’entraider dans la voix du bien comme le dit Allah, Exalté soit-Il, Le très Haut: {Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété}[5].

 

[6]Le Prophète ( ) a dit aussi: « Veillez à vouloir du bien aux femmes car elles sont des captives chez vous ». Il a été rapporté selon une autre version que le Prophète a dit: « Et si tu jouis d’elle, tu le feras tout en supportant sa cambrure. Et si tu t’efforces de la redresser, tu la briseras ». Il est indispensable de se montrer patient face à certaines de ces distorsions comme il convient aussi à la femme de patienter devant certains mauvais agissements et certains manquements de son mari.

 

Il leur appartient de s’entraider dans l’accomplissement de bonnes œuvres et de la piété. Il revient au mari de faire montre de patience, de craindre Allah, de se montrer convenable envers son épouse, de lui accorder de l’importance et de respecter ses droits. Il revient aussi à l’épouse de supporter un peu et de s’acquitter de ses obligations pour que le divorce soit évité. Nous demandons à Allah de me guider ainsi que tous les musulmans, et de nous accorder la réussite

 

 


[1] Numéro de la partie: 30, Numéro de la page: 331

 

 

[2] Les femmes (An-Nisâ’)’ 4: Verset 19

 

[3] La vache (Al-Baqara) 2: Verset 228

 

[4] Les groupes (Az-Zoumar) 39: Verset 10

 

[5] La table servie (Al Mâ’ida) 5: Verset 2

 

[6] Numéro de la partie: 30, Numéro de la page: 332

 

 

Source : Fatâwa Cheikh Ibn Bâz  – Volume 30  – Sujets divers

 

 

http://www.islamlinks.fr/

 

Tag(s) : #Mariage - divorce
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :