Il est permis dans certains cas d’être d’accord en apparence tout en étant en désaccord intérieurement.

 

C’est le cas d’une personne qui serait contrainte d’apostasier.

 

Nous avons d’ailleurs déjà abordé cette question en détails en d’autres endroits.

 

En bref, il convient de savoir que les épreuves engendrant la souffrance sont inévitables.

 

Personne ne peut espérer être épargné de ce qui le fera souffrir.

 

C’est pourquoi Allah a mentionné à divers endroits de Son livre qu’Il éprouve nécessairement les gens, et qu’Il doit nécessairement éprouver l’être humain par ce qui le réjouit ou l’afflige.

 

L’être humain a donc besoin d’être patient et reconnaissant.

 

Allah dit (traductions rapprochées) :

 

"Nous avons placé ce qu’il y a sur terre pour l’embellir, afin d’éprouver (les hommes et savoir) qui d’entre eux pratiquent les meilleurs œuvres." (sourate Al Kahf verset 7)

 

"Nous les avons éprouvés par des biens et des maux, afin qu’ils reviennent au droit chemin" (sourate Al A’raf verset 168)

 

"Si jamais un guide vous vient de Ma part : Quiconque suit Mon guide ne s’égarera ni ne sera malheureux. Et quiconque se détourne de Mon rappel, mènera certes, une vie pleine de gêne, et le jour de la résurrection nous l’amènerons aveugle au rassemblement." (sourate Tâ Hâ verset 123-124)

 

"Comptez-vous entrer au paradis sans qu’Allah ne distingue parmi vous ceux qui luttent et qui sont endurants ?" (sourate Al ‘Imrân verset 142)

 

Ce dernier verset se trouve dans la sourate Al ‘Imrân.

 

Or Allah dit avant cela dans la sourate Al Baqarah, sachant que la majorité de la sourate al Baqarah a été révélée avant la sourate Al ‘Imrân (traduction rapprochée) :

 

"Pensez-vous entrer au paradis alors que vous n’avez pas encore subi d’épreuves semblables à celles que subirent ceux avant vous ? Misère et maladie les avaient touchés, et ils furent secoués jusqu’à ce que le Messager et avec lui, ceux qui avaient cru, se fussent écriés : Quand viendra le secours d’Allah ? Or le secours d’Allah est très proche." (sourate Al Baqarah verset 214)

 

Le fait est que l’âme ne peut se purifier et s’améliorer que si elle est purifiée par l’épreuve, comme l’or qu’on ne peut débarrasser des impuretés qu’après l’avoir éprouvé dans la forge de test.

 

L’âme étant ignorante et injuste, et étant donné qu’elle est la source de tous les maux qui atteignent le serviteur, tout mal qui se produit vient d’elle.

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

"Tout bien qui t’atteint vient d’Allah, et tout mal qui t’atteint vient de toi même" (sourate An Nisâ’ verset 79)

 

"Quoi ! Quand un malheur vous atteint, mais vous en avez jadis infligé le double, vous dites : D’où cela peut-il bien provenir ? Réponds-leur : Cela provient de vos propres âmes." (sourate Al ‘Imrân verset 165)

 

"Tout malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont commis. Et Il pardonne beaucoup" (sourate Ash Shûrâ verset 30)

 

"C’est qu’en effet Allah ne modifie pas un bienfait dont Il a gratifié un peuple avant que celui-ci change ce qui est en lui-même" (sourate Al Anfâl verset 53)

 

"En vérité, Allah ne modifie point l’état d’un peuple, tant que les (individus qui le composent) ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. Et lorqu’Allah veut infliger un mal à un peuple, nul ne peut le repousser et ils n’ont en dehors de Lui aucun protecteur." (sourate Ar Ra’d verset 11)

 

Allah a mentionnés les sentences décrétées à l’égard des différents peuples, depuis Adam jusqu’aux derniers temps.

 

Chaque fois, Allah affirme que ces peuples ont été injustes envers eux-mêmes.

 

Ils doivent donc être considérés comme oppresseurs et non comme opprimés.

 

Les premiers à avoir reconnus cela sont leurs plus lointains ancêtres (Adam et Eve) lorsqu’ils dirent tous deux :

 

"Tous deux dirent : O seigneur ! Nous nous sommes causé du tort à nous-mêmes. Et si Tu ne nous pardonnes pas et ne nous fais pas miséricorde, nous serons certes du nombre des perdants." (sourate Al A’râf verset 23)

 

Et Allah dit à Iblîs (traduction rapprochée) :

 

"J’emplirai l’enfer de toi et de tous ceux d’entre eux qui te suivront" (sourate Sâd verset 85)

 

Ceux qui ont suivi Iblîs ne sont autres que les dévoyés comme il le dit lui-même :

 

"Il dit : O Mon Seigneur, parce que Tu m’as induit en erreur, eh bien je leur enjoliverai la vie sur terre et les égarerai tous, sauf Tes serviteurs parmi eux que Tu as protégés." (sourate Al Hijr verset 39-40)

 

Allah a dit aussi :

 

"Sur Mes serviteurs tu n’auras aucune autorité, exceptés les dévoyés parmi eux qui te suivent." (sourate Al hijr verset 42)

 

Le dévoiement mentionné ici consiste à suivre les passions de son âme.

 

Les pieux prédécesseurs aussi n’ont eu de cesse de reconnaître cette réalité. Ainsi Abû Bakr, ‘Umar et ibn Mas’ûd disait souvent :

 

Voilà mon opinion.

 

Si elle est correcte, c’est qu’elle vient d’Allah.

 

Si elle est erronée, c’est qu’elle vient de mon âme et de Satan, et Allah et Son prophète en sont innocents.

 

(fin de citation)

 

On trouve dans le hadith divin qu’Abû Dharr rapporte du prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam qui lui-même le rapporte d’Allah :

 

"O Mes serviteurs, ce sont vos actes seulement dont Je tiendrai compte. Je vous rémunérerai ensuite d’après ceux-ci. Que celui qui trouve le bien rende grâce à Allah. Quant à celui qui trouve autre chose, qu’il ne s’en prenne qu’à lui-même."

(rapporté par Muslim 2577)

 

source : extrait du livre Al Fawa’îd

copié de dawud69sahih.wordpress.com


Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya

 

Source :

 

http://3ilm.char3i.over-blog.com/

Tag(s) : #Croyance
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :