Ecoutez le Cheikh

Question :

Certains prédicateurs en France, exigent une rémunération pour prononcer leurs sermons du vendredi. Ils disent que cette rémunération est pour « les frais de transport » jusqu’à la mosquée alors que cette rémunération est vraiment supérieure à ce qu’ils ont besoin pour couvrir les frais de transport. La situation est devenue telle que certains choisissent la mosquée qui offre le plus. Quel est le jugement de cet acte ?

Réponse :

Comme nous l’avons dit précédemment et répété dans nos cours, il est interdit d’exiger une rémunération pour les adorations et les actes d’obéissance.

« Prenez pour mouadhin quelqu’un qui ne demande pas de rémunération pour son appel à la prière. »

Cependant, si cela est une prime ou une aide qui est donnée, sans qu’elle soit exigée, alors cela est permis. Mais il ne convient pas de l’exiger. Beaucoup de gens de science ont indiqué l’interdiction de cela. Et Il y a en cela beaucoup de méfaits.

Il se peut que ce prêcheur n’obtienne pas la réussite dans son sermon et que son action devienne pour autre qu’Allah. Et de même ceux qui apprennent auprès de lui, s’ils ont connaissance de la convoitise de ce prêcheur dans ce domaine, ils renonceront à sa science et à apprendre auprès lui.

Et pire encore, il se peut que le but ne soit que l’argent, comme cela a été mentionné dans la question, il ne va pas dans la mosquée où cela sera le plus profitable mais il va dans la mosquée qui paye le plus.

Et ceci est une catastrophe.

Qu’est-ce qu’il t’est ordonné dans la religion d’Allah ? Que tu suives ce qui est le plus profitable et non pas ce qui te rapporte le plus d’argent.

Il faut donc obligatoirement rectifier son intention, corriger ses actions et se conformer au Livre et à la Sunna en étant véridique.

Et il faut opter dans cette question pour le juste milieu, sans excès ni laxisme. Il ne faut pas que les gens des mosquées soient avares et qu’ils fassent les comptes aux centimes près.

« Il a pris le train de cet endroit à celui-là, il a donc besoin de dix centimes et de cet endroit à celui-là dix autres centimes, et ceci est un long trajet, il aura donc besoin d’une bouteille d’eau, on lui donne donc de quoi s’acheter une bouteille d’eau… »

C’est-à-dire des comptes précis de manière excessive. Non, il n’y a pas besoin de faire cela.

De la même manière, ce prêcheur n’a pas besoin d’exiger une somme importante qui rend la chose difficile pour les gens et il n’a même pas à exiger à la base. Mais ils doivent être bienfaisants avec lui et il doit être bienfaisant avec eux.

Ils doivent être bienfaisants en augmentant ce qu’il donne à ce prêcheur pour ce qu’il prodigue comme efforts dans le bien. Et de son côté, s’il peut faire cela pour Allah, cela est meilleur et plus prudent.

Si l’on ne donne pas de notre argent dans cette situation, quand est-ce qu’on va le donner ? Allah ne nous ordonne-t-il pas l’aumône ? Dans quel endroit et à quel moment vas-tu donner si tu ne donnes pas dans cette situation ? Cette situation est parmi les meilleurs moments pour donner.

Donne de ton argent pour transmettre la science si tu le peux. Si tu ne peux pas, il n’y a pas de mal à ce que tu dises « Par Allah, j’aimerais venir à vous mais je n’en ai pas les moyens.

Envoyez-moi quelqu’un qui vient me chercher en voiture. » S’ils t’envoient quelqu’un, alors tu y vas et s’ils ne t’envoient personne mais t’envoient de l’argent, alors tu y vas également.

Ou bien il se peut que tu y ailles et qu’ils insistent pour te donner de l’argent sans que tu ne l’ais exigé ou que cela ait été déterminé, prends le alors pour tes besoins ou pour l’utiliser dans d’autres situations où ils n’auront rien à te donner.

Est-il mieux que tu ne prêches ou enseignes que dans une seule mosquée ou bien dans deux ou trois mosquées ? Le mieux est bien évidemment que tu prêches dans deux ou trois mosquées. Utilise donc cet argent dans l’obéissance à Allah.

Lorsque le Prophète donna de l’argent à Omar, Omar le lui rendit en l’informant qu’il n’en avait pas besoin. Le Prophète lui ordonna de le prendre et lui a dit que si l’argent est donné sans qu’il ne le demande, il ne doit pas le rendre. Il le prend et s’il veut il l’utilise pour ses besoins et dans l’obéissance à Allah ou il le dépense pour autrui.

Comme on l’a dit précédemment, chacune des deux parties doit être bienfaisante. Et il ne doit pas y avoir d’avarice dans ce domaine. Et la réussite ne sera pas accordée à celui dont émane de lui l’avarice, car ce chemin est le chemin d’Allah. Seul celui qui recherche la face d’Allah est ferme sur ce chemin.

Et celui qui recherche autre que la face d’Allah, Allah l’éloignera. Comme cela est mentionné dans le hadith d’Abou Hourayra, qu’Allah l’agrée, dans lequel le Prophète rapporte qu’Allah a dit :

« Celui qui fait une action dans laquelle il M’associe à un autre, Je le délaisse lui et son association »

Veux-tu que tes œuvres et tes efforts soient rejetés ? Non, tu veux ce qu’il y a auprès d’Allah comme récompense et réussite. Donc fais des efforts pour être sincère, pour faire don de ta personne et être bienfaisant dans ce domaine.

Et à eux de rendre la bienfaisance par la bienfaisance. Et s’ils se concurrencent dans la bienfaisance alors il n’y aura pas de problème et il n’y aura pas besoin de ce genre de questions.

Cependant les gens ne sont pas tous égaux et il est parfois utile de rappeler ce savoir au travers de ce type de questions. Et Allah est plus savant.

Fin de la réponse de Cheikh Abdullah Al Adani

Le lundi 14 de Joumada Al Oula 1434 correspondant au 25 mars 2013

Traduit et publié par daralhadith-sh.com

Tag(s) : #Fatwas
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :