L’apparition du chirk dans la communauté et le statut de celui qui le commet

Ecoutez le Cheikh

Question (résumée) lue par Cheikh Muhammad Ibn Ramzan Al Hajiri :

Il y a dans ces feuilles diverses questions au sujet de celui qui commet de l’association et nous ne pouvons pas toutes les lire mais je demande à ceux qui les ont écrites de m’excuser car je vais les résumer en une question. Ils interrogent au sujet de celui qui commet de l’association, sur son jugement, sur le jugement de la bête qu’il égorge, s’il est excusé ou non, sur le fait de le fréquenter, de le marier… Toutes les questions tournent autour de ce sujet. Nous souhaitons donc de vous que vous expliquiez ce sujet en détails. Je sais que vous n’aimez pas parler des sujets sur lesquels divergent les gens de science, cependant nos savants ont pour habitude de détailler de tels sujets. Nous demandons donc à Allah de nous accorder la réussite ainsi qu’à vous afin de répondre à l’ensemble de ces questions sur celui qui a commis de l’association.

Réponse de Cheikh Salih Souhaymi :

L’apparition de l’association (chirk) dans la communauté

Louange à Allah, les gens se comportaient comme il se doit en ce qui concerne l’unicité (at-tawhid) en elle-même et particulièrement en ce qui concerne l’association.

Certes, la déviation est apparue très rapidement dans les noms et attributs et d’autres sujets, mais en ce qui concerne l’association, la déviation dans certains sujets liés à celle-ci n’est apparue qu’au quatrième siècle de l’Hégire, lorsqu’est apparue la dynastie des fatimides qui est en réalité la dynastie ‘Obaydiya, juive, majoussiya, qaddahiya, maymouniya, dayssaniya.

Et chacun de ces surnoms fait référence à une chose, car ils sont tous des suiveurs de Abdullah Ibn Maymoun Ibn Dayssan Al Qaddah, d’origine majoussiya, juive et batiniya. Il s’est infiltré parmi les musulmans et a prétendu que sa généalogie remontait à Fatima, qu’Allah l’agrée, la fille du Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم).

Ils ont eu le pouvoir pendant une période des pays de l’ouest et l’Égypte et ils y ont propagé mécréance et association dont seul Allah a connaissance, alors que ces pays étaient épargnés de toute manifestation de l’association.

Donc depuis qu’ils sont apparus, surtout après la moitié du quatrième siècle, ils ont commencé à construire des dômes au-dessus des tombes, à instaurer des fêtes innovées ainsi que les célébrations sur lesquelles Allah n’a fait descendre aucune preuve. Les gens ont donc commencé à glorifier les habitants des tombes d’une glorification qui ne convient qu’à Allah.

Ensuite, après que moins d’un siècle ne soit passé, ils ont commencé à être invoqués en dehors d’Allah, le secours leur était imploré en dehors d’Allah, ainsi que l’accomplissement des aspirations et la dissipation des malheurs et des calamités.

Le rôle des savants dans la lutte contre l’association

Et un groupe de gens de science s’est opposé à cela, depuis l’apparition de ces épreuves. De nombreux gens de science ont parlé de ce sujet, et à leur tête, Cheikh Al Islam Ibn Taymiya, qu’Allah lui fasse miséricorde, ainsi que son élève Ibn Al Qayyim, et également Cheikh Al Islam Muhammad Ibn AbdilWahhab, qu’Allah leur fasse à tous miséricorde, ainsi que de nombreux savants. Et parmi ceux qui ont averti contre le danger de cela, le Hafiz d’Andalousie, l’Imam Maliki, Abou Omar Ibn AbdilBarr, qu’Allah lui fasse miséricorde, dans son explication du Mouwatta, et avant lui, Ibn Abi Zayd Al Qayrawani, et d’autres savants du Maghreb et de l’Andalousie.

Donc ce que je veux dire est que cette déviation n’est pas apparue prématurément comme c’est le cas pour la déviation dans les noms et attributs. Mais comme je l’ai dit, elle n’est apparue qu’après la moitié du troisième siècle, à la venue de la dynastie des Obaydiyin, al Batiniyine. Et parmi ceux qui ont parlé sur cela également, il y Al Maqrizi, qu’Allah lui fasse miséricorde.

Depuis qu’ils ont construit ces dômes, l’association s’est répandue entre les gens. Ils se sont mis à égorger pour les habitants des tombes, à leur faire des vœux pieux, à leur accorder des offrandes, à chercher secours auprès d’eux, à leurs demander l’accomplissement des aspirations et la dissipation des malheurs et des calamités. Et cela s’est multiplié à cette époque.

Un des tawaghit de cette époque, parmi ceux qui appellent à l’adoration de leur personne, a dit : si tu es dans un souci ou un malheur, appelle-moi et je viendrai très vite. Et vous savez que parmi les têtes des tawaghit, il y a celui qui appelle les gens à l’adorer…

Certains ont dit : celui qui m’a vu ou a vu celui qui m’a vu rentrera au paradis et ce n’est pas un mensonge.

Parmi les exemples des tawaghit de cette époque

Et parmi les tawaghit de cette époque également dans un pays, il y en a un qui était membre dans l’union des musulmans puis il s’est fait dévoilé. Il voyait qu’il n’était plus soumis à aucun ordre ni interdiction. Il ne voyait pas l’obligation de la prière, ni de la zakat et ni des autres obligations religieuses. Il est celui qui a dit : Il m’a particularisé par la science, la souveraineté et la noblesse , si je dis : sois, il fut sans attendre.

Et ce alors qu’il a écrit le Coran de sa main dans une chambre avec sa fille qui est toujours vivante et qui appelle à la voie de son père dans un des pays d’Afrique. Il a un livre appelé (le dévoilement des secrets) dans lequel il y a énormément d’association qui dépassent l’association de Pharaon, d’Abou Jahl et autres. Il a même dit dans ce livre qui est en ma possession, car je parle de cela avec science, lorsque j’étais dans ce pays, j’ai pris certains de ses livres. Il a dit qu’un homme chrétien est rentré au paradis. Pourquoi ? Car il a forniqué avec une femme qui fait partie de telle confrérie. Il est donc rentré au paradis, pas à cause de la fornication, ne comprenez pas mal ! Mais parce que cette femme est bénite, il est donc rentré au paradis par la bénédiction du cheikh de cette confrérie…

Regardes : Fornication, plus mécréance, plus association, plus mensonge sur Allah, plus la prétention de la connaissance de l’invisible, et malgré ça, pour eux, il rentre au paradis. Il n’y a de force et de puissance qu’en Allah.

Alors que ce sont toutes des œuvres qui font rentrer en enfer. Rendre licite la fornication, parler sur Allah sans science, le fait qu’il soit chrétien, prétendre la connaissance de l’invisible et prétendre la bénédiction de ce taghut qui a fait rentrer ce chrétien au paradis par sa bénédiction. Et je m’arrête là pour décrire la situation de certains de ceux qui s’affilient à l’Islam.

Le statut des suiveurs ignorants

Ensuite je vais mentionner un point très important : lui sait qu’il est sur l’égarement et que c’est un menteur. Il y a même un de nos frères de votre pays qui est monté une fois dans l’avion avec lui et qui l’a interrogé, il lui a dit : ô noble cheikh, en lui laissant penser qu’il faisait partie de ses suiveurs, car une fois lors d’un enterrement il a dit : le cheikh de telle confrérie est assis en ce moment entre ce mort et entre Mounkar et Nakir, entre les deux anges, pourquoi ?

Pour répondre à sa place lorsqu’ils vont lui demander : qui est ton Seigneur ? Qui est ton Prophète ? Quelle est ta religion ? Le cheikh de la confrérie va répondre à sa place. Et ceci est de la mécréance aggravée bien sûr, c’est-à-dire que ce sont des ténèbres les uns au-dessus des autres.

Prétendre avoir connaissance de l’invisible, prétendre que le cheikh de cette confrérie perverse s’interpose entre lui et entre Mounkar et Nakir, parler sur Allah sans science, ce sont des ténèbres entassées les uns sur les autres.

Ce jeune de bien, ce monothéiste du Maroc l’a rencontré dans l’avion qui se rend d’ici à Casablanca. Il lui a dit : ô cheikh untel, tu es notre cheikh, etc., mais je souhaite une explication. Ne vois-tu pas que ces paroles que nous disons aux gens lorsque nous leur disons que le cheikh est venu entre le mort et Mounkar et Nakir, ne vois-tu pas que cela est un mensonge avec lequel on se moque des gens ? Il a dit : Par Allah mon fils, ce que tu dis est la vérité, mais si nous délaissons cette voie, l’argent qui nous viens par celle-ci va s’interrompre. Cette personne prête un budget complet au pays dans lequel il se trouve , car le tiers de l’argent de ses suiveurs lui est réservé, parmi les jardins, l’immobilier, le bétail, etc.

Qui a-t-il après la vérité si ce n’est le faux. L’affaire est claire est explicite pour celui qui a un cœur, prête l’oreille tout en étant témoin.

Reste à parler des suiveurs qui ne connaissent pas la réalité de ces affaires et qui suivent ces tawaghit par ignorance de leur part, ils ne connaissent pas la réalité de leur situation.

Les savants ont divergé sur ce sujet avant nous, certains voient l’excuse par l’ignorance et d’autres ne voient pas cela, car il a lu le Coran et la Sunna, la preuve est donc établie sur lui, car ils entendent le Coran et la Sunna.

Certains savants se sont abstenus et ont dit que le Coran et la Sunna avaient besoin de quelqu’un pour être expliqués et il n’a trouvé personne pour lui éclaircir la guidée du Livre et de la Sunna. Donc est-il excusé ou non ? Certains ont dit qu’il était excusé et d’autres se sont abstenus dans cela.

Conseil : Ne débattez pas sur ce sujet !

Et je vous conseille de ne pas débattre sur cette affaire et de ne pas vous éprouver les uns les autres à ce sujet. Laissez cela aux grands savants, ils se l’échangent entre eux, et s’excusent les uns les autres, car chacun à des preuves particulières sur cette affaire.

Malgré que je penche vers l’avis que les gens du commun sont excusés, c’est-à-dire ceux à qui la vérité n’a pas été éclaircie et sur qui la preuve n’a pas été établie, je ne blâme pas certains de nos frères et de nos machaikh qui sont de l’autre avis.

Et c’est pour cela que je vous conseille de ne pas débattre sur cela. Qu’Allah fasse miséricorde à une personne qui connaît la valeur de sa personne. Ne vous éprouvez pas les uns les autres sur ce sujet.

Avez-vous compris mes frères ?!

L’affaire est très dangereuse. Tu débats à ce sujet alors que tu ne le maitrises pas et il est même possible que ceux qui sont plus grands que toi ne le maitrisent pas. Ceux qui nous ont précédés ont certes divergé sur cela, donc il ne faut pas que l’on s’éprouve les uns les autres à ce sujet.

Nous ramenons leurs affaires à Allah, surtout ceux parmi eux qui sont morts. Et je vise par cela celui qui ne connaît pas la réalité de ces affaires, quant à ceux qui sont comme ce taghout qui sait qu’il est un menteur, celui-ci est un mécréant associateur et nous n’avons pas compassion pour lui.

Extrait de la réponse de Cheikh Salih Souhaymi

Traduit et publié par daralhadith-sh.com

Sources :

http://www.sahab.net/forums/index.php?showtopic=128683

http://ar.miraath.net/audio/3327

Tag(s) : #Tawhid

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :