Question :




Un homme m'a touchée avant mon mariage, mais al Hamdoulillah Allah m'a permis d'éviter le grand péché… Je suis encore vierge Al Hamdoulillah, dois-je en parler a celui qui sera mon future mari ?


Rèponse :




Il ne convient pas au musulman de divulguer les péchés qu’Allah a voilés ; il lui convient plutôt de se repentir et cela ne se fait qu’entre le pécheur et son Seigneur. De même, il n’est pas permis au musulman de pister les faux pas et les secrets d'autrui, il doit plutôt les couvrir. En effet, l’Islam a exhorté le musulman à se couvrir et à couvrir les secrets des autres musulmans. Le Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui) a dit : "Celui qui couvre (le secret) d'un musulman, Allah couvrira (son secret) ici bas et dans l’au-delà" (rapporté Al Boukhari et Mouslim).


De même, il dit à celui qui vint témoigner auprès de lui contre un homme l'accusant d’adultère : "Si tu l’avais couvert de ton manteau cela aurait été mieux pour toi".


Ainsi il est requis de garder le secret sans dévoiler le péché même si ce dernier est passible d'un châtiment légal. Il incombe donc à celui qui commet un péché de se repentir et de ne pas se dénoncer. Il ne convient pas non plus d'interroger les autres sur les péchés qu'ils ont commis et qui ont été voilés par Allah. Lorsque le pécheur est interrogé, il n'a pas à donner ces informations. Al Boukhari rapporte dans le chapitre : (De la discrétion du croyant en ce qui le concerne):


Salim ibn Abdullah a dit: J 'ai entendu Abû Houreira dire qu' il a entendu l'Envoyé d'Allah dire: "Tous les musulmans seront absous de leurs péchés sauf ceux qui font parade de leurs fautes. Fait partie de la parade dans ses fautes, le fait qu 'après avoir commis une faute pendant la nuit, on dise le lendemain, alors qu 'Allah n 'a point laissé révéler cela: "Eh, untel, hier j'ai fait telle et telle chose", car Allah avait laissé cela secret toute la nuit, et il vient, le matin rompre le secret gardé par Allah".


Commentant ce hadith, l'imam Ibn Hajar dit:


Mouâfi (traduit par être absous des péchés) : vient du mot (arabe) al-âfiya qui veut dire soit qu'Allah lui a pardonné, soit qu'Allah l'a préservé et qu'il en est épargné.


Al-Moujâhiroun (traduit par ceux qui font parade de leurs fautes): certains exégètes ont dit qu'il s'agit d'une restriction de mouâfi dans le sens de la négation, c'est-à-dire: tous les membres de ma communauté sont absous des péchés sauf ceux qui font parade de leurs fautes. Il s'agit de ceux qui exposent leurs péchés et divulguent leurs fautes qu'Allah a laissées secrètes, en racontant cela. An-Nawawy a indiqué qu'il est permis de parler des péchés de celui qui fait parade de sa perversion ou de son innovation en se limitant à ce qu'il a étalé sans parler de ce qu'il a gardé secret.


Le musulman n'a pas à informer qui que ce soit des fautes et des grands péchés qu'il a commis; plus exactement, il ne lui est pas permis de faire cela, et lui poser la question à ce sujet est une futilité, or, il est ordonné au musulman de se détourner des futilités, et quand il entend cela d'une autre personne, il doit s'en détourner.


Allah le Très Exalté a interdit ce genre de question, Il dit dans le Coran: ((Ô les croyants, ne posez pas de questions sur des choses qui, si elles vous étaient divulguées, vous mécontenteraient)) [Al Maida, 101].


Le fait qu'un péché soit passible d'un châtiment légal n'oblige pas qu'on le divulgue. Ibn Hajar a dit dans Fathul Bâry, après avoir évoqué le hadith de Mâize et Al Gâmidiya:


Parmi les profits que l'on tire de ce hadith, il y a un énorme mérite pour Mâize ibn Mâlik.


On retient de son affaire qu 'il est préférable pour celui qui commet un tel péché de se repentir à Allah et de garder son secret sans en dire un mot à personne, comme l'avaient conseillé Abu Bakr et Oumar à Mâize; et que celui qui découvre cela le couvre, en raison de ce que nous avons évoqué, ne le dénonce pas et ne le traîne pas devant les autorités, ainsi que l'a dit le Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui) dans ce récit: "Si tu l'avais couvert de ton habit, cela aurait été mieux pour toi". Tel est l'avis de l'imam Ach-Châfiiy (qu'Allah soit satisfait de lui); il dit en effet: "J'aime que celui qui a commis un péché et dont Allah a préservé son secret, garde son secret et se repentisse. Et il a argumenté ce choix par le récit de Mâize avec Abu Bakr et Oumar.


Pour cela, tu n'as pas le droit d'informer ton fiancé des péchés que tu as commis dans le passé, car cela est contraire aux recommandations de l'Islam sur la nécessité de garder son secret et aussi en raison des méfaits que cela provoque, notamment le fait d'ouvrir la porte des hantises et des doutes à ce fiancé.
Et Allah sait mieux.



Réponse formulée par le cheikh Ibrahim Koulaib


Le Pr. Koulaib enseigne à la faculté de théologie du hadith de l'université Mohammed ibn Saoud à Riyadh



www.editionsassia.net

Tag(s) : #Questions - Réponses
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :