Question :

 

Quel est le devoir du musulman envers le non-musulman qu'il soit un Dhimmî (Personne non-musulmane, vivant dans un pays musulman, payant un impôt et qui est protégé par les musulmans) ou qu'il soit dans son propre pays où le musulman réside?

 

Le devoir que j'aimerais connaître est celui des comportements de différentes sortes commençant par le salut et se terminant par la célébration de ses fêtes.

 

Eclairez-nous qu'Allah vous rétribue.

 

Réponse :

 

Le devoir du musulman envers le non-musulman se compose de plusieurs éléments dont :

 

BUL021 Premièrement

 

La Da`wa à Allah (Exalté soit-Il).

 

Cela consiste à l'appeler à Allah et à lui montrer la vérité sur l'islam tant qu'il en a la possibilité et la clairvoyance.

 

C'est le plus noble et le plus grand bienfait qu'il pourra offrir à son compatriote et à ceux avec lesquels il se réunit parmi Les Juifs , les chrétiens et les autres polythéismes, suivant cette parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) :  

 

"Quiconque oriente vers le bien, aura la récompense de celui qui le fait."

 

et à sa parole (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) à `Alî (Qu'Allah soit satisfait de lui) lorsqu'il l'envoya à Khaybar et qu'il lui ordonna d'appeler Les Juifs à l'islam, il a dit :  

 

"Par Allah ! Il vaudrait mieux pour toi d'être, grâce à Allah, le guide d'un seul homme dans la bonne voie que de posséder des chameaux roux."

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit:  

 

"Quiconque appelle à la bonne direction aura une récompense équivalente à celle de ceux qui le suivront, sans que celle de ceux-ci ne soit diminuée."

 

Ainsi, sa Da`wa à Allah, sa transmission de l'islam et ses conseils dans ce domaine sont les choses les plus important et les meilleurs actes de rapprochement à Allah.

 

BUL021 Deuxièmement

 

Il ne doit pas être injuste à son égard, ne pas abuser de lui, ni de son argent ni de son honneur, s'il s'agit d'un dhimmî, d'un réfugié ou d'un mo`ahid (une personne issue d'un peuple avec qui les musulmans ont un pacte).

 

[Dans tous ces cas], il doit lui restituer ses dus sans abuser de son argent, ni par le vol ni par la traîtrise ni par la tricherie ni par les abus corporels par des coups ni par l'assassinat, partant du fait que son statut de Mo`ahîd ou de dhimmi ou de réfugié fait qu'il doit être épargné de tout abus.

 

BUL021 Troisièmement

 

Rien n'empêche de faire des transactions avec le non-musulman, comme l'achat, la vente, la location etc.., car il a été authentiquement rapporté que le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a fait des achats auprès de mécréants adorateurs d'idoles, et qu'il en a fait également auprès de Juifs, ce sont bien des transactions.

 

De plus, il décéda (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) alors que son bouclier était mis en gage chez un juif contre de la nourriture qu'il avait acheté pour sa famille.

 

BUL021 Quatrièmement

 

Il ne doit pas être le premier à saluer le non-musulman, mais il doit répondre conformément à ce que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit :

 

"Ne soyez pas les premiers à saluer Les Juifs et Les Chrétiens."  

Rapporté par Mouslim.

 

Il a dit également :  

 

"Quand les gens du Livre vous saluent, répondez-leur par : "Et à vous de même"."

 

Approuvé par Al-Boukhârî et Mouslim. Ainsi, le musulman ne doit pas être le premier à saluer le mécréant, mais si le juif ou le chrétien ou un autre mécréant le saluent, il doit dire : "Et à vous de même", comme l'a recommandé le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).

 

Cela fait partie des droits légaux entre le musulman et le mécréant.

 

Le bon voisinage en fait partie également.

 

Si le mécréant est votre voisin, vous devez être bienveillant à son égard, vous n'avez pas à lui nuire, vous devez lui faire de l'aumône, s'il est pauvre, ou lui offrir des présents, s'il est riche, et lui prodiguer les bons conseil dans ce qui lui est utile, parce que, d'une part, ceci est susceptible de faire naître chez lui une envie de devenir musulman, et d'autre part, le voisin a un droit important comme le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) l'a dit :  

 

"L'Archange Gabriel n'avait cessé de me recommander d'être bienfaisant envers le voisin, qu'enfin, j'ai cru qu'il allait en faire un des héritiers"

Approuvé par Al-Boukhârî et Mouslim

 

et conformément à cette Parole d'Allah (Exalté soit-Il) (traduction rapprochée) :  

 

"Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables." (l'éprouvée verset 8)

 

On rapporte dans le hadith authentique :

 

"'Asmâ' bint 'Abî Bakr (qu'Allah soit Satisfait d'elle) raconte que sa mère qui était encore associatrice, vint la trouver, lors de la période de la trêve qui eût lieu entre le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et les gens de La Mecque, pour lui demander quelque aide.

Asmâ' demanda la permission auprès du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), lui demandant si elle lui était possible d'entretenir des liens de parenté avec elle.

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui répondit par l'affirmative."

 

Il n'est pas permis au musulman de partager leurs célébrations et leurs fêtes.

 

Mais il n'y a pas de mal à ce qu'il leur fasse des condoléances à la mort d'un proche, s'il y trouve un intérêt légal, il peut alors dire : "Qu'Allah répare votre malheur" ou "Qu'Allah vous compense en mieux" ou de bons termes du même genre sans dire : "Qu'Allah lui pardonne" ou "Qu'Allah lui fasse miséricorde" si le mort était mécréant, il ne fera pas de prière pour le mort mais uniquement pour celui qui est encore vivant, il priera alors pour lui qu'Allah le guide ou le compense en bien etc..

 

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 267)


copié de alifta.net


Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz

Source :


 

http://3ilm.char3i.over-blog.com

Tag(s) : #Bon Comportement
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :