Question :



Est-ce que fêter l’anniversaire de l’enfant est considéré comme une imitation des pratiques occidentales mécréantes, ou n’est-ce qu’un simple divertissement et une façon de faire plaisir à l’enfant et à sa famille ?



Rèponse :



Fêter l’anniversaire de l’enfant relève forcément de l’une ou l’autre de ces catégories : c’est soit une adoration, soit une simple coutume. Si on y voit une adoration, c’est une innovation dans la religion d’Allah ; or le Prophète a mis en garde contre les innovations et les a qualifiées d’égarement. Il a dit en effet : « Gardez-vous des choses nouvelles, car toute innovation est égarement et tout égarement est en l’Enfer ».


Si on la considère comme une coutume, la fête d’anniversaire comporte deux éléments illicites :


Premièrement, le fait de considérer comme une fête ce qui n’en est pas une, et c’est là une façon de devancer Allah et Son Messager dans la mesure où nous établissons une fête qui n’a pas été recommandée par Allah ni par Son Messager. Lorsque le Messager d’Allah arriva à Médine, il trouva que les Médinois avaient deux jours de réjouissance (au cours de l’année) qu’ils considéraient comme jours de fête, et il leur dit alors : « Allah vous a remplacé ces deux jours par deux autres meilleurs : la fête du Ramadan (Al Fitr) et la fête du Sacrifice (Al Adh’ah). »


Deuxièmement, c’est une façon d’imiter les ennemis d’Allah, car cet acte ne fait pas partie des coutumes musulmanes. C’est une tradition venue d’autres peuples, or le Prophète a dit « Qui imite un peuple en fait partie ». Par ailleurs, la longévité n’a d’intérêt pour un homme que si celui-ci vit dans l’agrément d’Allah et l’obéissance à Ses ordres.



Le meilleur des hommes est celui qui a une longue vie et la consacre aux bonnes œuvres, et le pire des hommes est celui qui a une longue vie et la voue aux mauvaises œuvres.


C’est pourquoi certains savants désapprouvent le fait d’implorer Allah de nous accorder la longévité de manière absolue, de dire par exemple à quelqu’un: « Puisse Allah t’accorder la longévité », sauf si on accompagne ce vœu d’une restriction telle que : «Puisse Allah t’accorder longévité dans l’obéissance à Ses ordres », ou «Puisse Allah t’accorder longévité dans la bienfaisance », ou d’autres formules semblables. Rappelons-le encore une fois : la longévité peut être un mal pour l’homme, s’il s’adonne aux mauvaises actions -qu’Allah nous en préserve- elle est alors une épreuve, un châtiment supplémentaire et un malheur pour lui. Allah -l’Exalté- dit :


"Ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements, Nous allons les conduire graduellement vers leur perte par des voies qu’ils ignorent. Et Je leur accorderai un délai, car Mon stratagème est solide"



"Que ceux qui n’ont pas cru ne comptent pas que ce délai que Nous leur accordons soit à leur avantage, c’est seulement pour qu’ils augmentent leurs péchés. Et pour eux un châtiment avilissant


".
[Le Cheikh Al Othaimine (Fatawa Manaril Islam 1/43)]



www.editionsassia.net

Tag(s) : #Questions - Réponses
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :